Vous êtes ici : Accueil » Technique photo » Laisser du temps à ses photos…

Laisser du temps à ses photos…

Ce titre très mystérieux le sera tout de suite moins quand vous aurez lu cet article… Après une séance photo frénétique où l’on s’est senti(e) bien inspiré(e), l’envie de découvrir le résultat de notre prise de vue se fait pressante.

Et quelques fois, la déception se révèle immense… L’oeil dans le viseur, la photo semblait si belle, si réussie, mais dès qu’on la regarde après avoir extrait ses photos de son lecteur de cartes, la situation est totalement différente… Comme un goût d’inachevé, de raté dans la prise de vue. Mais est-ce vraiment le cas ?

Laisser son oeil se reposer

C’est l’un des conseils qu’en tant que photographe à l’ère du numérique, on a du mal à retenir. Tout est tellement rapide, clic, la photo est prise et on la voit directement sur son écran. Au temps de l’argentique, il fallait développer les photos, les aider à se révéler pas à pas, apprendre à les découvrir. Maintenant, le temps passe trop vite et il faut calmer la cadence. En plus, en tant qu’amateur, qui nous presse ? Pas de photo à envoyer pour la presse, aucun impératif de rapidité dans le traitement des photos. Sauf, je l’avoue, pour le projet photo 52, et c’est peut-être un défaut que je lui reprocherais (autocritique quand tu nous tiens ;)).

Nous disions donc aucun impératif de temps ! Rester concentré(e) sur une prise de vue, une sélection de photos, peut vite fatiguer l’oeil et l’esprit jusqu’au blocage. Qui n’a jamais eu envie de supprimer toute une série de photos une fois visionnées sur son ordinateur ?

A la manière d’un artiste, laissez donc votre oeil se reposer pour ensuite revenir avec un esprit neuf sur ces photos qui vous ont paru si mauvaises !

Laisser ses photos se révéler

C’est après ce temps de repos accordé à votre oeil de photographe que vous reviendrez « rafraîchi(e) » face à vos photos. Pourquoi ne pas laisser vos photos reposer quelques heures, quelques jours ou même quelques mois avant d’y revenir ? J’utilise souvent cette méthode pour mes propres photos, et j’aime les redécouvrir, après avoir totalement oublié ces prises de vue. Je ne vous parle même pas de photos d’années précédentes que j’ai redécouvertes, mais surtout retravaillé avec mes connaissances actuelles. Comme si je remaniais d’anciennes photos qui me paraissaient quelconques ou ratées au moment de la prise de vue et qui, finalement, me plaisent maintenant !

Alors ne vous découragez pas, essayez toujours de laisser un peu de temps à votre esprit pour redécouvrir vos photos passées, d’un voyage par exemple, pour en tirer le meilleur ! Et vous, vous traitez vos photos rapidement ou vous leur laissez le temps de se révéler ?

A propos de Cathy

Sur Vivre la Photographie, j'aide les photographes amateurs à apprendre la photo en améliorant leur technique photo et leur retouche photo avec Lightroom et Photoshop. Je suis photographe nouveau-né en Suisse romande.

18 commentaires

  1. Je suis tout à fait d’accord !
    Après une prise de vue, je ne peux m’empecher de regarder le résultat et bien souvent au premier visionnage la déception est là :-/
    et puis je laisse passer qq jours et j’y reviens.

    Et là, je (re)découvre les photos, je tombe sur des trésors que je n’avais pas prévu et j’arrive bien souvent à l’aide du post traitement à sublimer quelques photos et là c’est que du bonheur et ….du soulagement 😉

    • Tu as tout à fait résumé mon article avec ton exemple !!! La patience est aussi nécessaire dans le traitement de nos photos ;).

      • Lorsque j’ai débuté la photo, il m’est souvent arrivé d’adorer certaines images que je venais de réaliser puis de raviser mon avis quelsues semaines plus tard. J’ai surtout remarqué ce phénomène pour mes photos de voyages où la dimension affective est particulièrement forte.
        Avec l’expérience, on a toutefois plus facilement de recul sur ses réalisations.

        • La photographie de voyage, c’est sûr que c’est différent à cause de, comme tu le soulignes, l’aspect émotionnel et « souvenir ».
          En laissant plusieurs mois passer, on a obligatoirement modifier sa façon de voir la photographie, affiner sa manière d’appréhender la prise de vue et c’est pour ça qu’on va facilement redécouvrir ses photos autrement.

  2. En général j’attends longtemps pour tout regarder, mais il est vrai que quand on a l’impression d’avoir réussi THE photo je suis du genre presser et là je découvre toutes les imperfections pas toujours corrigeable et je suis du genre à faire un tout sélectionner supprimer. Je m’avoue assez impulsive, mais une fois ou deux j’ai eu la surprise de les retrouver dans ma corbeille le lendemain ou le jour encore d’après et en sauver une ou deux. Il faudrait que je me mette un post it sur l’ordi « réfléchi avant d’agir »

    • Et tout comme toi, je suis pressée de voir si j’ai réussi une photo ! Après, comme tu le dis, il faut essayer de se contrôler et de ne pas supprimer toutes les photos par dépit. Surtout quand finalement, elles sont loin d’être si mauvaises que ça ;).

  3. Bravo pour cet article car c’est tout à fait vrai, je l’ai appris avec le temps… et puis notre approche est toujours relativement subjective en fait selon un tas de critères, dont surtout celui-ci.
    De temps à autre je revoie de vieilles photos que parfois je retouche et c’est comme si je venais d’en faire de nouvelles.
    Des créations à l’infini finalement !

    • Oui, c’est le bon côté des choses ! Avec une seule photo, on pourrait la modifier à l’infini selon nos sensibilités personnelles, et même pour une personne si on laisse du temps passer !

  4. C’est ce que je tente de faire. J’ai un second blog sur lequel je ne mets pas autant de photos que sur le 1er et surtout, j’attends avant de l’alimenter. Le regard évolue et la photo qu’on avait en 1er lieu beaucoup aimé se trouve l’être moins….

  5. Je ne peux qu’être d’accord avec toi…
    C’est comme le bon pain : quand on a travaillé la pate, il faut la laisser reposer avant de cuire ^^
    (oui je sais que je ne suis pas sur bentoblog 😉 )

    • Oh là Seb mais quelle poésie !!! T’aurais pu mettre ce commentaire sur Bento Blog que ça serait passé comme une lettre à la poste (je vois que t’as bien suivi tous mes articles culinaires :D).

      • 😳
        En même temps je faisais aussi du pain avant de connaitre bentoblog, mais oui j’ai suivi aussi tes recettes conseils et astuces, c’est clair !
        A noter quand même (pour recentrer un peu !) que Didier Vereeck explique dans un article sur ame-nature.com (que je ne retrouve malheureusement plus) qu’il laisse au moins 1 an (!!!) entre la pdv et le développement (numérique) des photos ; l’argument que j’ai retenu était le fait de prendre bcp de distance par rapport à la photo prise et enlever toute émotion liée directement à la pdv ou au moment auquel elle est rattachée !

  6. C’est tout à fait vrai pour moi aussi. Il m’est arrivé de revenir sur des photos plusieurs mois après ou 1/2 ans après et ce que je trouvais raté quelques jours la prise de vue après se révèle bon (à mon jugement) quand j’y reviens.
    Par contre, je ne jette jamais rien.

  7. C’est vrai qu’il faut laisser mijoter 😉
    Un p’tit projet 12 alors ? :p

  8. Moi, je les traite assez rapidement , mais cette année j’ai été franchement déçue !! j’avais envie de tout fiche à la corbeille.
    J’aurais voulu (et j’avais imaginé )des clichés parfaits , ….ce qui me paraissait valoir le coup d’être photographié, tout à coup devenait sans intérêt.
    Merci pour tes conseils, en tout cas !! je vais attendre un peu avant de les revisionner .
    Mel

    • Ah oui, calme-toi et ne te mets pas une telle pression !! Ca ne pourrait que te frustrer encore plus. Essaie de profiter de l’instant, et même si le résultat ne te plaît pas (encore), tu pratiques quand même et ça ne sera jamais du temps perdu. Donc garde tes photos pour plus tard ;).

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Retour en haut