Vous êtes ici : Accueil » Technique photo » Photographie de paysage » Le mauvais temps en photographie

Le mauvais temps en photographie

Vu la météo des derniers jours et des jours à venir, comment ne pas vous faire un article sur le mauvais temps ?! Quand on débute en photographie, on attend toujours que le soleil brille pour prendre des photos, parce qu’après tout une belle météo donne toujours de meilleurs résultats, non ? Et bien détrompez-vous, le mauvais temps a plusieurs tours dans son sac et en photographie, les nuages et la pluie peuvent donner de jolies images. Alors autant essayer d’en profiter avec la météo pas très ensoleillée du moment…

Photographie de portrait : ombres plus douces

Si vous observez la lumière quand vous ne photographiez pas, vous pourrez remarquer la grande différence entre les ombres créées par le soleil par beau temps et celles créées par temps nuageux. Sous un soleil de plomb, les ombres seront dures et c’est par exemple quelque chose de dangereux quand on veut faire le portrait d’un sujet en plein soleil. Vous allez rapidement avoir des ombres disgracieuses, par exemple au niveau des yeux, qui vont totalement ruiner la photographie de portrait.

Avec un temps nuageux, la couverture de nuage va jouer le rôle d’un immense diffuseur qui va permettre d’adoucir ces ombres. Au final, photographier un sujet par temps nuageux est beaucoup plus simple et donnera de meilleurs résultats, comme par exemple pour ce portrait volé lors d’un match de football américain.

Photographie portrait ombre

Dernière chose, pour tricher quand vous faites de la photographie de portrait sous le soleil, déplacez votre sujet à l’ombre pour éliminer les ombres dures et disgracieuses ou, tournez-le pour que le soleil soit derrière lui (vous photographiez donc à contre-jour).

Photographie de paysage : des paysages plus dramatiques

En photographie de paysage, si on veut s’éloigner du style carte postale pour ses amis et sa famille, le mauvais temps peut vous aider à apporter un côté dramatique à vos photos. En fait, si le ciel est totalement bleu, cela crée un espace vide et sans dynamique. Avec des nuages, la photo va prendre une dimension totalement différente, alors n’hésitez pas à inclure des ciels tourmentés dans votre photographie de paysage.

Nouvelle-Zélande voyage photo

Dans le cas de la photo ci-dessus qui a été prise lors de mon voyage en Nouvelle-Zélande, pendant notre trek du Tongariro Northern Circuit (dont une partie est commune avec le Tongariro Alpine Crossing, trek d’un jour que la plupart des touristes empruntent), nous avions passé toute la matinée dans la brume. Et quand je vous dis brume, c’était plutôt un brouillard où on ne voyait pas plus loin que 30 mètres, ce qui était vraiment dommage car on devait pouvoir voir de beaux cratères. C’est seulement à l’arrivée aux lacs d’émeraude que la vision s’est un peu améliorée et m’a donné l’occasion de faire cette photo avec un ciel bas qui montre bien l’aspect dramatique et inhospitalier du lieu.

Photographie de sport : combo ombres douces et photos plus dynamiques

Pour le football américain, le casque est un élément très contraignant quand, comme moi, on souhaite montrer en priorité les émotions des joueurs pendant les actions et entre les jeux. Le problème avec la photographie de sport, c’est qu’on ne peut pas, au contraire de la photographie de portrait, déplacer le sujet, vous l’aurez imaginé ! Alors c’est au photographe de s’adapter à la situation, ce qui pousse à faire des compromis. Les équipes arrivent avec leur stratégie en tête pour battre l’adversaire ; de mon côté, j’arrive toujours au bord du terrain avec ma propre stratégie photographique du jour, selon la météo (qui devient non pas mon adversaire mais qui reste une contrainte pour la meilleure prise de vue possible).

Si le ciel est nuageux, cela donne plus de possibilités pour son placement par rapport aux joueurs car, comme écrit plus haut, les ombres sur les visages seront plus douces et le photographe aura moins de soucis à bien exposer la photographie pour voir les yeux des joueurs. Au final, il est plus simple de photographier un match de football américain sous un ciel nuageux que sous un grand soleil à cause de ces ombres et de leur dureté !

Photographie sport pluie

S’il commence à pleuvoir, et là il faut prévoir de se couvrir un peu, mais les gouttes de pluie donnent toujours une dimension différente aux photos d’action et j’avoue que j’adore ça ! Cela convient particulièrement à mon style de photographie de sport qui consiste à privilégier les plans serrés.

Et vous, est-ce que le mauvais temps vous rebute pour photographier ou profitez-vous de ses avantages pour vous améliorer en photographie 🙂 ?

Pour information, vous pouvez retrouver mes dernières photos de football américain et de mon voyage en Nouvelle-Zélande sur ma page Facebook (le temps que je finisse mon site de photographe).

A propos de Cathy

Sur Vivre la Photographie, j'aide les photographes amateurs à apprendre la photo en améliorant leur technique photo et leur retouche photo avec Lightroom et Photoshop. Je suis photographe nouveau-né en Suisse romande.

9 commentaires

  1. Hop Hop on se couvre et on affronte le mauvais temps ! Faut savoir se faire violence et sortir de sa petite zone de confort… C’est le meilleur moyen pour obtenir des résultats inédits. La beauté ne réside pas seulement dans le ciel bleu et les rayons de soleil (penser à protéger son matériel aussi).

  2. Je fais moins de photos ces temps-ci, c’est sûr, mais ça permet de faire parfois de chouettes photos, et la difficulté pour moi est de protéger le matériel et non de sortir !
    Merci pour ce billet de circonstance !

  3. Je débute en photographie et apprécie beaucoup tes conseils ! Merci pour tes articles !

  4. Totalement d’accord avec toi, je préfère presque le « mauvais temps » pour faire de la photo.
    Et ce que tu dis pour les portraits est également valable pour l’animalier et les chtites fleurs 😉

    • Au niveau des ombres, c’est sûr que c’est aussi valable pour tous les domaines de la photographie au final. La macro et l’animalier sont assez proches du portrait, tout dépend de comment on voit les choses 😀 ! Mais, blague à part, si tu as du vent, pour faire de la macro de petites fleurs, je trouve ça un peu plus compliqué en pratique !

      • Ah oui c’est clair que le vent n’aide pas franchement en macro (c’est le moins que l’on puisse dire !!!)
        Néanmoins, on peut avoir du vent les jours de grand beau et pas de vent les jours couverts, pour moi cela reste qd même assez indépendant.
        Après on peut « feinter » en utilisant – par exemple – le sac photo pour couper le vent sur le sujet et/ou trouver un coin moins sujet aux turbulences !!!

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

*

Retour en haut