Vous êtes ici : Accueil » Matériel photo » Mon matériel photo pour mon voyage en Nouvelle-Zélande

Mon matériel photo pour mon voyage en Nouvelle-Zélande

Qu’on soit photographe professionnel ou amateur, on reste un passionné de photographie. Et quand on part en voyage découvrir de nouvelles contrées, on n’a qu’une envie : immortaliser tout ce qu’on voit. Pour le photographe professionnel, les contraintes sont toujours plus grandes car il est souvent en voyage sur commande et doit donc délivrer des clichés pré-établis. Pour le photographe amateur en vacances comme vous et moi, la question est totalement différente ! On souhaite emporter avec soi tout son matériel photo mais ce n’est pas toujours possible. Et j’ai bien évidemment été confrontée à ce cruel dilemme du choix du matériel photo pour mon voyage en Nouvelle-Zélande.

Matériel photo en voyage : la contrainte du poids

La première contrainte pour un photographe voyageur, c’est le poids ! Si on a un compact ou un bridge, pas de souci, on peut simplement porter son appareil photo sur soi. Quand on a un matériel photo un peu plus élargi, avec appareil photo réflex, divers objectifs, mais aussi un trépied et le système de filtres dégradés qui vont avec pour la photographie de paysage, tout se complique. Habituellement, quand j’emporte tout mon matériel photo, je me retrouve vite aux alentours des 6 kg, ce qui représente plus d’un quart du poids autorisé pour les bagages en soute. Je vous le dis tout de suite, je ne mets pas mon appareil photo ni objectifs photo en soute (quand on tient à son matériel photo, il faut le garder avec soi dans l’avion). Pour le trépied par contre, là c’est obligatoire dans la soute sinon vous devrez « l’offrir » au passage de la sécurité…

 

Mais si cette contrainte du poids n’avait été que pour le voyage en avion, ça n’aurait pas été un si gros problème. Non, le souci est après, pendant le voyage en Nouvelle-Zélande. Comme je vous le disais dans mon article sur mon voyage en Nouvelle-Zélande en chiffres, nous avons parcouru 130 km à pied pendant 3 treks. Et c’est dans ces moments-là que le poids du matériel photo va devenir important. Parce que pendant un trek, on porte tout sur son dos et il faut bien choisir ce qu’on est capable d’emporter sur de longues distances ! Le dilemme était plutôt là : matériel photo ou nourriture 😀 ! Vous voyez le truc… Je pense que si l’on est photographe professionnel, on peut choisir l’option matériel photo + nourriture, parce que c’est son travail. Dans mon cas, ce sont des vacances. Et qui dit vacances dit ne pas se surcharger pour profiter du paysage… Parce que profiter du paysage quand on galère avec son sac à dos, c’est pas vraiment possible…

Alors j’ai fait un tri cruel dans mes objectifs photo…

Je crois que j’ai réfléchi à prendre ou ne pas prendre des objectifs jusqu’à la veille du départ… J’y ai longuement pensé, parce que si j’amenais du matériel, j’étais ensuite obligée de le porter pendant les treks (pas trop envie de laisser du matériel photo dans la voiture là où on sait bien que les gens partent pour plusieurs jours, oui c’est mon côté parano…). Sur mes 3 objectifs photo, j’ai laissé celui que je préfère pour la photographie de sport, à savoir le 70-200 mm f/2.8, qui pèse un petit 1.5 kg. C’est un petit bijou de photographie, mais un peu trop lourd pour ce voyage. Heureusement, vu que je souhaitais surtout faire de la photographie de paysage, je me rattrape sur mon autre objectif bien-aimé (oui j’aime mes objectifs…) Canon pour la photographie de paysage, le 17-40 mm f/4, beaucoup plus léger et compact, ce qui est tout à fait normal vu la plage de focales. Je décide tout de même de prendre mon 50 mm f/1.8, par qu’il ne prend vraiment pas de place (je pourrais le mettre dans ma poche :P) et qu’il pourra toujours me servir pour les basses lumières.

Trépied, filtres et autres accessoires photo

Pour le trépied, difficile de l’alléger. J’ai la chance d’utiliser un trépied en fibres de carbone de la marque Redged qui ne pèse, avec sa tête, que 1,4 kg au lieu d’un bon 3 ou 4 kg pour un trépied équivalent en aluminium.

Pour la photographie de paysage, je ne me sépare pas de mon système de filtres dégradés. Il restera ensuite les accessoires photo pour nettoyer les objectifs et le capteur au cas où ! Et ne pas oublier le chargeur de batteries photo avec les 2 batteries de l’appareil photo (il vaut toujours mieux en avoir 2 au cas où l’une des batteries tombe en rade, on peut la changer directement).

Sacs photo

Parce que c’est bien gentil d’apporter du matériel photo, mais encore faut-il le transporter. J’ai voulu tester l’utilisation d’un sac pour l’appareil photo qui se porte sur la poitrine, idéal pendant les treks ! Pour le premier trek, je n’ai pas utilisé ce système et mon appareil photo était au fond du sac. Autant vous dire qu’il n’a pas beaucoup vu la lumière pendant la marche. Pour les 2 autres treks, j’ai utilisé le sac photo Clik Elite SLR Chest Carrier (Probody à cause de la taille de mon appareil photo) qui fonctionnait très bien avec la lentille 17-40 mm. Je vous reparlerai de ce sac photo à travers un article dédié mais je peux vous dire que j’ai beaucoup plus utilisé mon appareil photo grâce à ce système, et surtout c’était beaucoup plus rapide et moins gênant !

Voilà donc le matériel photo que j’ai emporté pour mon voyage en Nouvelle-Zélande. Je regrette d’un côté de ne pas avoir pu prendre le 70-200 mm qui m’aurait bien servi pour photographier quelques animaux mais vu que j’étais surtout partie pour faire de la photographie de paysage, je n’ai pas ressenti trop souvent ce manque d’objectif photo ! Partir en voyage, c’est aussi faire des choix pour les photographes amateurs et il faut juste bien savoir peser le pour et le contre 🙂 !

A propos de Cathy

Sur Vivre la Photographie, j'aide les photographes amateurs à apprendre la photo en améliorant leur technique photo et leur retouche photo avec Lightroom et Photoshop. Je suis photographe nouveau-né en Suisse romande.

9 commentaires

  1. Merci pour ce partage Cathy.
    J’aurais une question. Quels sont les filtres que tu utilises pour le paysage ? As-tu des dégradés gris neutre, lesquels ?
    Merci d’avance. = )

    • J’ai des dégradés gris neutre, avec dégradé soft et dur (ça change beaucoup selon la focale). J’ai aussi un ND que j’utilise avec le système de filtres carrés (il en existe en système de filtres vissants). Si tu veux, je pourrai faire un article là-dessus pour montrer ce que j’utilise mais je ne suis pas une experte en la matière, je suis encore en phase de test 😀 !

  2. Ah ben ça tombe bien tout ça
    j’ai un mail a t’écrire^^

  3. Tres intéressant ce sac ventral, j’avoue que c’est un truc qui me gêne un peu en balade d’avoir le reflex qui se balance autour du cou et qui tape sur mon ventre a chaque pas… ça peut être une solution…

    • Pareil pour moi, j’ai testé une fois l’appareil autour du cou pendant une randonnée, verdict : je ne supporte pas ! Ca fait mal au cou et surtout, si tu tombes, c’est l’appareil photo qui prend les dégâts… Et pour peu que tu n’aies pas remis le cache de l’objectif, je ne te fais pas un dessin !!!
      Sincèrement, ce sac a beaucoup d’atouts et je détaillerai tout ça dans un article parce que ça en vaut vraiment la peine ;).

      • Il se fixe sur les autres sacs à dos photo c’est ça ?

        • Alors ça dépend lesquels. Certains sacs à dos ont déjà les clips qui conviennent, ce que je n’ai pas sur le mien. Sinon ils fournissent aussi un jeu de clips que tu peux accrocher sur ton sac mais ça ne passait pas sur mon sac de trek alors j’ai utilisé le porte-sac photo.

  4. Intéressant comme point de vue et comme expérience !

    J’ai eu le même genre de problèmes quand j’ai voulu faire mon Tour du Mont-Blanc en randonnée.

    J’ai apporté des réponses légèrement différentes par moment, je me permets d’apporter un éclairage complémentaire :
    – filtres dégradés : très simple, je n’en prends pas. S’il y a du paysage avec très fort contraste, je contourne en prenant la photo en HDR (ou au moins 2 expos : une pour le ciel une pour le paysage). Je garde un ND variable quand même (au cas où on croise une cascade à faire en pose longue)
    – Objectifs : le 8mm pour les visites virtuelles que je voulais faire (mais en montagne, au final, ca rend pas très bien, je ne le prendrais plus) et le 50 f/1.4 ; pas d’obj. macro mais la bonnette à mettre sur le 50. J’avais par ailleurs un compact (Canon G10) monté sur un monopode qui me servait également de bâton de randonnée. 95% des photos prises avec le compact au final… A se demander si je prends un reflex la prochaine fois (mes pauvres épaules s’en souviennent encore)
    – Trépied : j’ai pris un mini-trépied benro, pas très lourd et très compact. Suffisant pour le D300

    100% d’accord avec toi sur les batteries, à double c’est mieux (2x pour le reflex et 2x pour le compact 😉 )

    Pour le sac photo, j’ai depuis longtemps l’habitude de le porter en ventral sur mes sorties « montagne » (rando, via ferrata ou sorties photo avec nuit à la belle étoile) avec un sac à dos « non photo » sur le dos.
    Pour cela, j’ai trouvé une « feinte » qui marche (pour peu qu’on aie un sac photo « revolver » ou « top-loading », ca marche super bien) : tu enlèves la sangle de ton sac photo et tu remplaces par 2 mousquetons au niveau des attaches.
    Ces mousquetons s’accrochent sur les bretelles du sac à dos « non photo » (après avoir « épaulé » le sac à dos) et tu peux utiliser la sangle ventrale du sac à dos pour le bas du sac photo.
    Très pratique, confortable, et surtout budget très faible à prévoir 😉
    Astuce testée et validée avec : Lowepro Toploader et Vanguard Outlawz (ca doit marcher avec plein d’autres modèles 😉 ). Le löwepro est d’ailleurs vendu (enfin certains modèles en tout cas) avec une sangle pour l’utiliser en ventral, mais je ne l’aime pas : elle fait mal aux épaules 😉

    #my2cents

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

*

Retour en haut