Vous êtes ici : Accueil » Technique photo » Photographie ou l’art d’observer

Photographie ou l’art d’observer

Aujourd’hui, c’est un petit billet d’humeur mais aussi sur la philosophie de la photographie que je vous propose. Ce n’est pas habituel ici mais vous en verrez de plus en plus de ce genre, non pas pour raconter ma vie ou tout ce que je pense, mais pour vous aider à voir les choses autrement :).

Quand on parle de photographie, on a souvent tendance à tout de suite parler d’appareil photo ou d’objectif photo, tout tourne vite autour du matériel photo ou de la technique photo.

T’as vu le nouveau Canon 5D Mark III ? Mon précieux, je le veux !

Et le Canon 1D-X !!! J’en rêve la nuit (et même le jour) !

Je vous laisse faire la traduction pour les Nikonistes avec le Nikon D800 et le Nikon D4 ;). On rigole mais c’est à peine exagéré comme conversation (je l’entends assez souvent !). Avec un appareil photo dernier cri, on se dit que notre photographie va forcément s’améliorer vu que notre matériel photo sera au top du top ! C’est notre côté consumériste rassurant qui nous fait croire cela et on a bien tort…


crédit photo : bendis

Un meilleur appareil photo ne vous aidera pas à faire de meilleures photos !

Sauf quelques exceptions à la règle qui confirment la règle ;)…

Malgré tout ce que l’on peut croire, la photographie est, outre l’art de jouer avec la lumière, l’art d’observer ce qui nous entoure et d’en retirer la beauté dans l’ordinaire. Et dans ce cas-là, quelque soit l’appareil photo que vous utilisez, quelque soit l’objectif photo monté sur votre réflex, c’est vous qui décidez ce que vous allez photographier, comment, quel cadrage, quelle composition, quel angle de vue. L’appareil photo n’a pas son mot à dire là-dessus (si toutefois un appareil photo pouvait parler, mais je laisse les ingénieurs des marques photo s’en occuper…) et vous, le photographe, êtes le seul à décider de ces éléments.

Apprenez à observer… sans photographier !

Facile à dire mais difficile à faire ? Et bien non ! Posez-vous deux secondes (ok 5 minutes…), sur un banc, dans un café, n’importe où et regardez ce qui se passe autour de vous : les gens, les objets, les zones d’ombres et de lumière. N’hésitez pas à prendre votre appareil photo avec vous, que ce soit un smartphone, un compact ou un réflex, mais ne déclenchez pas ! Gardez-le avec vous car, inconsciemment, c’est la présence de cet appareil photo qui vous pousse à être plus attentif aux choses qui vous entourent, ne serait-ce que pour chercher un bon cliché. Regardez les choses d’un oeil nouveau, transformez les gens en objets, les objets en personne. Redécouvrez le monde de manière totalement différente et essayez d’éliminer tout a priori dans votre vision de la scène. Mais ne déclenchez surtout pas, regardez juste avec vos yeux, laissez-les parcourir le monde qui passe devant vous et essayez de trouver des choses intéressantes, par leur texture, leur forme, leur couleur, ou la lumière qui joue…

 crédit photo : abcdz2000

Un exercice paradoxal mais formateur

Ce que je vous propose ici est un exercice difficile, surtout que pour une fois, je vous demande de ne rien photographier ! Cet exercice sert à apprivoiser la lecture du monde qui vous entoure, non pas par ce que vous devez y faire, mais juste pour ses formes, textures et couleurs qui deviennent de vrais sujets pour la photographie. On est habitués à courir, stress, travail, mais cet exercice (et la photographie) vous aide à ralentir et apprécier ce qui vous entoure. Essayez l’expérience, renouvelez-la et votre photographie ne pourra que s’améliorer sans vous coûter un centime 😀 !

Gardez toujours en tête que la photographie est l’art de rendre extraordinaires des choses ordinaires !

A propos de Cathy

Sur Vivre la Photographie, j'aide les photographes amateurs à apprendre la photo en améliorant leur technique photo et leur retouche photo avec Lightroom et Photoshop. Je suis photographe nouveau-né en Suisse romande.

33 commentaires

  1. J’adore! tout à fait vrai, merci pour cet article!

  2. Amen _o/
    L’appareil photo est l’outil, pas le medium. :-)

  3. En fait c’est déjà ce que je fais à chacune de mes sorties. Il faut dire que la macro et notamment la macro d’insectes EXIGE l’observation car les sujets sont souvent très petits. Il faut sélectionner le « bon » sujet, sur le « bon » support avec le « bon » fond, ce qui demande du temps et est loin d’être une évidence, car on ne manipule pas le sujet et il fait ce qu’il veut! 😉
    Ce genre d’exercice et comme tu le dis « la mise en condition » oblige à regarder plus attentivement son environnement, à véritablement se poser mais je persiste à croire que tout ne peut pas être photographié (j’entends par là esthétiquement) au moment même où on l’étudie, même si à notre œil le sujet semble intéressant, exploitable. Parfois c’est la technique qui manque, parfois c’est la lumière qui n’est pas bonne, etc. Il y a un TEMPS pour faire LA photo et c’est cette combinaison du bon moment avec le bon angle et la technique adéquate qui fera que la photo aura de l’impact ou non. 😉 Bref, oui, la photo c’est l’art de prendre le temps d’observer et de fixer la lumière sur un sujet! Mais c’est très difficile quand justement on manque de temps pour étudier tout ça (je pense notamment aux voyages).

    • Ah la macro c’est encore plus spécial ! Trouver la petite bête est un niveau de difficulté supérieur.
      Quand tu parles de choses intéressantes à l’oeil mais pas dans l’appareil photo, c’est tout à fait vrai mais c’est normal ! Pourquoi ? Parce que l’appareil photo n’est en rien un oeil (c’est con mais c’est vraiment ça). Il faut alors non seulement savoir observer (première étape), mais en plus connaître son appareil photo et ce qu’il va donner de cette observation.
      C’est d’ailleurs pour cela que je mets bien de ne pas photographier ;). Accoutumer son oeil seul à l’observation est l’étape 1. Tu grilles déjà les étapes 😀 !!!

      • Non non je ne grille pas les étapes, j’ai suffisamment de temps à consacrer à l’observation, je pense que tu t’en rends compte via ma page FB. C’est du vécu! Je parlais bien de regarder et d’observer avec un œil photographique (je parle bien sans l’appareil photo) et on se dit « là il y a quelque chose ». Quand on passe à la pratique un peu plus tard ça peut être radicalement différent! Est-ce un défaut d’observation ou une mauvaise prise en charge photographique, voire un mélange des deux ou une réelle impossibilité de mettre en valeur un sujet qui colle à la vision précédente, là est la question! Ça rejoint donc ce que tu dis: l’appareil photo n’est pas un œil, dans certains cas il ne pourra jamais rendre la beauté d’une vision ou saisir un événement (l’exemple le plus bête est celui des sous-bois et des forts contrastes entre ceux-ci et les rayons de lumière qui percent dans la forêt, je sais pas comment expliquer ça; on a beau avoir un trépied, prendre le temps quand c’est possible, même utiliser des filtres et le HDR, ce ne sera jamais la vision idéale).
        C’est pour ça que ça ne sert à rien d’être frustré, surtout si le sujet est immobile ou que l’événement se répète. Par contre on peut l’être quand on avait tous les moyens à disposition pour faire notre photo et qu’on se vautre lamentablement… lol Surtout si l’événement était unique! Restera le souvenir… Donc c’est tout à fait applicable mais dans certains cas très précis, où il y a une action éventuellement rare, on ne peut pas prendre le temps nécessaire, juste parce que le sujet va trop vite et n’est pas répétitif! On a beau vouloir se poser pour observer, certaines choses elles ne « se posent pas ». C’est là une des difficultés de la macro: on peut observer mais la part d’improvisation peut être également très importante car les sujets étant mobiles on n’est jamais tout à fait sûrs d’obtenir la vision de départ. Mais tu as raison, c’est encore autre chose. 😉
        Ta réflexion me rappelle un truc qu’on m’a fait découvrir récemment, la « slow photography »; ou le fait de prendre le temps d’observer avant de déclencher, voire de pas déclencher du tout et de faire moins de photos, se concentrer moins sur le matériel et plus réfléchir à ce qu’on voit et à faire LA prise, en une fois. Intéressant mais pas applicable à tous les types de photographie et une démarche vraiment à part.

        • Je suis tout à fait d’accord avec ce que tu dis ! Il y a des types de photographie qui ne permettent pas de se poser et d’observer comme la macro d’insectes ou le sport (c’est d’actualité). On va dire qu’il faut habituer son oeil à voir les choses et comme je le vois sur ta page, en effet tu y es bien habituée. Pour le sport, je sais qu’il faut à tout prix anticiper les choses et les actions. C’est ce qui permet de ne pas courir dans tous les sens, il faut faire des choix, prendre des décisions et on n’aura pas à tous les coups la bonne photo. Pour la macro, je pense que c’est à peu près la même chose, c’est un peu de l’essai, se rapprocher sans effrayer la bête… Dis-moi si je me rapproche de la réalité vu que je ne suis pas du tout habituée à ce genre de photographie.

          Bref, la photographie est un art qui doit s’apprendre par la technique mais qui nécessite un temps infini passé à la pratique, mais une pratique active et réfléchie, sur ses réussites, sur ses erreurs. Mais des fois j’aime bien aussi me poser et juste observer, apprendre ce que je peux facilement retranscrire sur l’appareil photo ou non (toute cette partie des choses qui sont « invisibles » pour l’appareil photo ou mal retranscrites). Ca permet de faire plus corps avec son appareil photo et ce sera différent dès qu’on change d’objectif ou de boîtier !

          Finalement, en photographie, c’est vraiment compliqué de tout maîtriser et le hasard fait des fois bien les choses (des fois) 😀 !

          • Alors oui pour la macro surtout d’insectes tu es dans le vrai. Il faut observer la nature, voir comment les espèces différentes se comportent, apprendre comment approcher telle ou telle espèce, savoir aussi détecter l’individu qui sera plus coopératif, savoir lâcher prise quand c’est impossible de faire une photo avec telle bestiole et du coup apprendre à anticiper. On apprend à la fois avec l’observation et l’expérimentation. Comme ce sont des sujets en mouvement comme dans le sport il faut en effet savoir s’adapter aux conditions et faire des choix, parfois heureux parfois malheureux. Donc c’est vrai que c’est une observation très particulière.
            Pour les sujets moins mobiles ou des actions lentes ou répétitives dans le temps on peut en effet se poser pour les analyser. En principe, quand on fait de la photo (après ça dépend de tout un chacun c’est clair) on regarde et on a tendance à « penser photo » même si on n’a pas l’appareil avec soi; ce qui guide en premier c’est la lumière, ou bêtement la forme d’un nuage, la couleur du ciel, la texture de ce banc, etc. Et de là la réflexion part et on commence à se demander si avec telle lumière ça marcherait, ou tel cadrage, ou telle compo. Je pense comme toi que c’est une bonne façon de « construire » une photo et de construire ainsi son style et surtout comme tu l’as dit « son oeil » et je m’attends perso à y passer des années car on ne voit jamais tout à fait la même chose; par contre je ne sais pas comment tu fais mais moi je ne « calcule » pas les réglages éventuels de l’appareil photo dans le cas de telle ou telle scène observée.

  4. Je suis d’accord, bien sûr, mais il y a quand même un facteur « matériel ». J’ai publié des photos dimanche dernier réalisées une heure avant que je n’aurait pas pu faire avec mon compact. Mais ensuite, il faut savoir manier un minimum son appareil photo. Si on est toujours en tout auto, ça ne changera pas grand chose 😉

    • C’est sûr que certaines photos vont nécessiter un matériel spécifique (d’où mes exceptions qui confirment la règle ;)) mais si tu es capable d’observer et de trouver des choses intéressantes à photographier, tu pourras faire de jolies photos avec n’importe quel appareil photo. Maitriser la technique photo est un prérequis bien évidemment mais c’est un aspect de la photographie qu’on peut acquérir en parallèle de l’apprentissage de la technique photo.

  5. c’est un plaisir de lire cet article!
    je me fais souvent cette réflexion: « si mes yeux étaient mon apn, je déclencherais, Là! et je me dis que je loupe beaucoup de clichés!
    d’ailleurs, mes dernières photos ont été faites par « obligations »et je n’ai pas fais la photo « vacances » qui aurait été bâclée…
    malgré tout, certains appareils offres une mise au point et un test de profondeur de champ que d’autres n’ont pas!
    mon apn est un Panasonic FZ8 .
    😉
    ++

    • Il ne faut pas regretter de rater des photos sinon tu vas être frustrée. Mais en tout cas, tu as la bonne démarche d’observer ce qui pourrait être « photographiable » selon toi et ça te permet d’éduquer tes yeux. Donc c’est bénéfique !

      Si tu te sens obligée de faire des photos, c’est que tu as peut-être besoin d’une pause ;). Ca fait pas de mal des fois !

  6. Je trouve ta dernière phrase superbe ! Et vais m’essayer à ton petit exercice…

  7. Cathy, tu peux écrire ce genre d’article quand tu veux!! :)
    Certains essaieront, d’autres pas. Je n’avais jamais pensé à ce genre d’exercice, même si il m’arrive de l’appliquer, justement quand je n’ai aucun appareil sur moi! L’idée de ne pas déclencher alors qu’on a un appareil sur soi me parait légèrement angoissante, mais tu as raison, c’est sans doute un super exercice!!
    Je ne garantie pas que je vais l’appliquer tout de suite, mais je garde ça dans un coin de ma tête!! 😉
    Alors merci!!!!!!

    • Tu as tout à fait raison, je ne fais que des suggestions et n’oblige personne à faire ce genre d’expériences qui peuvent paraître loufoques !!!

      C’est intéressant de voir qu’il est souvent angoissant de ne pas déclencher quand on se balade avec son appareil photo parce qu’on a « peur » de rater un cliché. Ca rejoint le commentaire de Carole et il faut à tout prix essayer d’éliminer ce sentiment qui peut vite mener à la frustration.

      Si on rate un cliché, ce n’est pas la mort. Mais si tu le rates, cela veut surtout dire que tu l’as réussi avec ton oeil photographique, et c’est la première étape à la réussite de l’observation (tout dépend de la manière dont on voit les choses, verre à moitié vide ou à moitié plein ;)).

  8. C’est un article fort intéressant! Et effectivement, ça me ferait du bien je pense de me poser et d’observer un peu plus ce qui m’entoure. J’ai tendance à vouloir aller trop vite et souvent je suis déçue. Merci!

    • Si ça peut te rassurer, j’étais pareille. Peur de rater la photo, mais il faut profiter aussi du moment, poser son appareil photo pour mieux observer et profiter de la scène :). J’espère que cet exercice pourra t’aider !

  9. Très intéressant et très véridique !
    Bien souvent je « vois » la photo que j’aurais aimé prendre lorsque je me promène et que je n’ai pas mon appareil sur moi
    Parfois aussi, on se hâte à sortir son appareil pour capter le moment qu’on pense opportun et dans la hâte on se plante un peu, il faut effectivement prendre le temps d’observer avec ses yeux avant tout !

    • Si tu vois la photo quand tu n’as pas ton appareil photo, c’est vraiment bon signe. Comme quoi ton cerveau est toujours aux aguets ;). T’inquiète pas, je me plante aussi avec mes photos, il faut juste arriver à voir ce qui a cafouillé et si on peut s’améliorer pour la prochaine occasion !

  10. C’est marrant, parceque c’est ce que je m’amuse à faire parfois … regarder, fureter, esssayer de voir un coin, un détail, quelquechose qui pourrait bien rendre en photo … et comme je n’ai pas toujours l’appareil à la main, je rejoins ce que tu préconises …
    Par contre, je dois encore revoir ma façon de « bien » faire les photos !!!
    Et là, je pense qu’il n’y a que faire et refaire …
    Merci de cet exercice.
    Bises

    • Marrant de voir qu’instinctivement, tu as déjà la bonne attitude. C’est sûr que quand on doit passer à la pratique photo et vraiment utiliser l’appareil, là c’est différent. Il faut bien le connaître et pouvoir gérer facilement et rapidement les réglages. Tout viendra aussi avec la pratique et la persévérance !

  11. se poser… voilà la question ! je pense que nous « voyons » …(certaines fois) ce qui pourrait capter l’émotion mais le temps est rarement avec nous et partir faire « La » photo de la semaine devient compliquée… une pose s’impose…c’est sur, avec la frustration de ne pas poster, surtout que « clair obscur » est un thème que j’affectionnais…les photos de ce récap seront certainement d’une qualité exceptionnelle…j’ai hâte de voir!
    Bises

    • Des fois, il faut faire des poses et laisser son oeil se reposer ;). Ne te prends pas la tête si tu n’arrives pas à suivre ce rythme frénétique, c’est très difficile et je me souviens de l’année dernière déjà… Donc il faut surtout garder à l’esprit que c’est un jeu et qu’il ne faut surtout pas se prendre la tête avec tout ça :) !

  12. Merci pour ce billet qui me rassure. Voilà le genre d’exercice que je fais, que je n’avais jamais su formuler. A force de faire des photos, on voit peu à peu le monde autrement. J’espère peu à peu m’améliorer. Je rentre de vacances et vais rattraper le retard. A bientôt et merci encore !

    • Je te rejoins tout à fait. Photographier nous pousse à voir les choses différemment, notre quotidien, le monde qui nous entoure, les objets, la lumière, les textures… Je suis d’ailleurs personnellement heureuse de pouvoir voir les choses autrement, ça libère un peu l’esprit de notre quotidien compliqué et trépidant !

  13. Je découvre ce blog avec cet article. Ça semble très intéressant.
    Je pratique régulièrement cet exercice, sans le vouloir, quand je n’ai pas mon appareil avec moi. En ville, à la campagne, en voiture (c’est dangereux je vous l’accorde), je cherche des images à capturer… Des fois, je râle de ne pas pouvoir déclencher.
    Je tacherais de le faire en ayant mon ANP avec moi. Mais je sens que je vais être frustré…

    • Merci Jean-Michel d’être arrivé sur Vivre la Photo !

      Au volant, je n’ai jamais testé :P. Pour être moins frustré, dis-toi que tu es chanceux de voir les choses différemment des autres personnes qui passeraient par là sans se dire que tel ou tel sujet donnerait une belle photo. On voit les choses autrement grâce à la photographie et je trouve ça très enrichissant !

  14. Oui, la photographie nous apprends à regarder, et c’est très enrichissant je suis d’accord.

  15. J’avoue que je n’ai pas eu le courage de lire tous les commentaires, dont je ne doute pas pour autant de la pertinence.
    En tout cas je ne puis que partager cet avis ! Je suis photographe amateure, assez débutante, mais je ne m’imagine pas devenir un génie de la photo si j’achète un appareil à plusieurs milliers d’euros. Il faut laisser le temps au temps.

    Merci pour cet article :)

    • Et bien détrompe-toi Barbara, il existe des photographes amateurs qui pensent que seul un appareil photo cher fera de meilleures photos ! Donc tu as déjà la bonne attitude :).

  16. Bonjour Cathy.

    un très bon article que je partage totalement.

    J’ai eu l’occasion de lire récemment des personnes qui étaient débutantes – voire même très débutantes 😀 – et qui demandaient sur un blog « Que me conseilles-tu come Full frame ? » Cela rejoint parfaitement une partie de ton article.

    Je partage intégralement et au-delà qu’il est primordiale pour progresser dans ses photos de pouvoir s’imprégner des lieux que nous visitons, et de bien regarder. Certains de mes propos ont été d’ailleurs repris par un blog pour en faire un article récemment – et pourtant je ne suis qu’un amateur.
    http://www.kungfu-photo.com/apprendre-a-regarder-en-photo-didier-hannot

    Peut-être que cela pourra encore convaincre plus vos lecteurs.

    @Bientôt, Didier
    http://www.facebook.com/didierhannotphotography

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Retour en haut