Vous êtes ici : Accueil » Projet Photo 52 » Projet Photo 32/52 : clair obscur, récapitulatif

Projet Photo 32/52 : clair obscur, récapitulatif

Ah que ce thème a été mouvementé ! Je savais que le clair obscur allait en effrayer plus d’un au départ, mais finalement, comme à chaque thème du projet photo 52, vous arrivez à repousser vos limites photographiques et à sortir de votre zone de confort. Je vous le dis, ça a aussi été compliqué pour moi, je voulais participer à ce thème parce qu’il était un peu plus difficile qu’à l’accoutumée. Et pour vous dire encore une chose, c’est la première fois que je photographiais « pour de vrai » des éclairs (d’habitude je ne vois jamais vraiment le ciel et pas franchement envie de sortir sous la pluie en pleine nuit :D). Alors voilà, encore une fois, le projet photo 52 est là pour nous faire découvrir différentes techniques et styles de photographie, pour le plus grand bonheur de nos pupilles. Alors place au récapitulatif clair et obscur !

A propos de Cathy

Sur Vivre la Photographie, j'aide les photographes amateurs à apprendre la photo en améliorant leur technique photo et leur retouche photo avec Lightroom et Photoshop. Je suis photographe nouveau-né en Suisse romande.

15 commentaires

  1. Au secours ! Je ne vois pas la mienne qui a pourtant été transférée réduite avec un message « photo envoyée » à la clé….

  2. Je trouve ça un peu dommage que ce thème regroupe des photos qui vont autant dans tous les sens.
    On dirait que le terme clair-obscur n’est pas très clair ( ce n’est pas un jeu de mot :) ) pour tout le monde.
    On constatera par exemple le nombre important de contre-jour, ce qui n’est pas vraiment la même chose … mais bon.

    • Je ne suis pas complètement d’accord avec toi parce que le clair obscur est, à mon avis, un concept qui reste assez vague. Quand je cherche la définition rapidement, je tombe sur ce premier sens :  »
      Mélange et opposition des lumières et des ombres dans un tableau, une gravure… »
      Donc je trouve que le contre-jour peut tout à fait convenir vu qu’il y a un jeu d’ombres et de lumières. En tout cas, c’est mon avis personnel !

    • J’avoue que je pense à peu près comme toi car en prenant mes photos, je me suis fait avoir et ai fait beauoup de contre-jour. D’où ma deuxième série qui, je pense, est plus conforme au clair-obscur.

  3. Comme cato la mienne n’est pas passée malgré le message de confirmation. Elle est quand même sur mon blog!

  4. Héhé, heureusement que j’ai des connaissances dans le milieu pour nous aider un petit peu.
    Pour être bien sur de ne pas m’être trompée, j’ai demandé à mon père qui travaille dans les antiquités de m’éclairer sur ce point ( l’art n’a pas de secret pour lui).
    L’essentiel, donc, dans un clair-obscur est de laisser une seule partie de la photo ( tableau,…) bien en évidence grâce à la lumière, quitte à ce que celle-ci soit presque brulée à l’endroit du clair.
    On doit alors observer une sorte de dégradé très rapide du blanc ( clair) au noir ( obscur), sans passer spécialement par des étapes d’ombres.
    Ce qu’il faut donc, c’est la mise en évidence d’une seule partie de la photo par une lumière extrêmement forte, qui passe ensuite directement au noir sans phase douce de transition, pour cacher l’autre majeure partie du cliché ! Le but ? jouer sur le plus grand contraste possible pour ne pas manquer du tout ce qu’on cherche à mettre en évidence.

    De La tour illustre très bien ce concept avec  » Le souffleur à la lampe », par exemple… :)

    • Et je ne lis que maintenant tes explications qui me font penser que je n’aurais pas du retravailler ma photo (j’ai éclairci le côté sombre pour qu’on voit mieux les détails) de telle sorte que le contraste soit plus marqué (comme il l’était dans la vraie vie d’ailleurs ! )

    • Je suis personnellement pas d’accord avec toi.

      D’une part parce que le but du projet 52 est de donné un thème sur lequel travailler. Le principe d’un thème c’est qu’il est libre d’interprétation donnant une ouverture à chaque participant de l’interpréter à sa façon. Alors oui, on peut l’interpréter sous le sens technique du terme mais aussi sur le sens du ressentis, ce à quoi nous fait penser le thème.

      D’autres part, je pense qu’il reste quand même assez difficile de comparer le Clair-obscur de la peinture et celui de la photographie tant les deux discipline sont à mon sens différente. Alors oui, je ne dis pas que le Clair-obscur de la peinture n’est pas appliquable à la photographie, bien au contraire ne serait-ce que par un jeu de contraste et de lumière. Cependant, il a le défaut à mon sens que d’un point de vue interprétation stricte de la technique, il correspond essentiellement à de la photo de portraits ou de nus nécessitant du matériel que tout le monde n’a pas.
      Si l’on prend une interprétation plus littéraire, clair-obscur, alliance de zone sombre et d’autres clair, une photographie de contre jour à totalement sa place dans ce type de thème.
      De même Clair-obscur ne veut pas dire passage du blanc au noir, ça marche merveilleusement bien avec la couleur comme l’explique Anne-Laure Jacquart dans cette article de son blog : http://www.annelaurejacquart.com/technique_couleurs-en-clair-obscur_5305

      Tout est question d’interprétation d’autant plus en photo où chacun à sa propre vision. C’est ce que j’appelle l’oeil photographique, ce serait triste si on avait tous la même vision des choses et particulièrement restrictif.

      Pour conclure, je dirai qu’il y a de très jolies interprétations et plein de pistes à explorer =)

  5. Photo envoyée avec du retard désolée. J’espère qu’elle pourra être incorporée à la récap sinon elle est visible sur mon blog 😉
    http://letempsdunsouvenir.blogspot.fr/

  6. Dr Krokodile,
    Il est bien évident que la libre interprétation d’un thème donné est la clé des échanges entre les participants, seulement selon moi, certains mots peuvent être détournés selon la vision du photographe, et d’autres non.
    Lorsque l’on parle de vacances, qu’importe si on prend une bouée ou un transat, voir même un soleil, mais lorsque le thème donné fait appel à un terme technique, il me semble que la libre interprétation n’est plus vraiment de mise.
    Si le thème avait été contre-jour, photographier quelqu’un en flash direct n’aurait pas été adéquat.

    En ce qui concerne le débat photo-peinture, il est dépassé depuis des siècles lorsque la photographie n’a plus été considérée comme une discipline de la science, mais comme un art à part entière.
    Depuis, ce n’est plus une concurrence qu’on observe entre les deux, mais des parallèles. Quand on aborde le clair-obscur dans un tableau, étant un terme technique, on peut aussi le faire en ce qui concerne un cliché, même si les rendu est une capture de lumière sur l’un, et une représentation de celle-ci sur l’autre.
    En ce qui concerne la littérature, on est bien loin de l’expression artistique visuelle dont nous sommes censés parler ici.
    Sinon, on pourrait comparé le mouvement des lumières à la luminosité d’une photo…. Ce qui n’a vraiment pas lieu d’être… Nous sommes d’accord.

    Lorsque je parlais de noir et blanc en clair-obscur, c’était pour rendre l’explication plus compréhensible à l’esprit, bien que je suis tout à fait d’accord que cette technique s’applique aussi en couleur, comme vous pouvez le constatez sur mon cliché, d’ailleurs, et qui ne met pas en avant un corps nu, ni un portrait.
    Dire que cette technique est plus applicable à ce genre de sujet, c’est limité son esprit dans une standardisation réductrice au niveau de la photographie. Comme si le contre-jour était limité à la photographie de couché de soleil….
    De plus, faut-il vraiment un matériel poussé pour réussir un cliché convenable ?
    Je ne pense pas. Il est clair qu’avec un compact ou un bridge les possibilités sont moindres, mais quiconque possède un reflex, aussi peu perfectionné soit-il, est capable de faire une photo tout à fait merveilleuse si la maitrise de l’appareil y est.

    La libre interprétation, autant dans un texte que pour l’analyse d’un tableau ou d’un cliché, est possible lorsque l’on a compris l’essence même de ce qu’à voulu nous faire passer le créateur, et qu’ensuite on interprète…

    Alors, l’oeil photographique comme vous le dites a t-il un rôle à jouer dans la maitrise d’une technique photographique, ou est-il plutôt ce qui intervient en second plan, lorsque l’on veut faire naitre une idée sur base de cette technique ?

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Retour en haut