Vous êtes ici : Accueil » Retouche photo » La retouche photo, pour ou contre ?

La retouche photo, pour ou contre ?

C’est un débat qui court toujours chez les photographes. Sur Vivre la Photographie, le débat a été lancé en se demandant si la retouche photo était autorisée pour les photos du projet photo 52. En fait, la question ne m’était pas venue à l’esprit car je trouve, personnellement bien sûr, que la retouche photo fait partie intégrante de la photographie. Donc oui, la retouche photo est autorisée pour le projet photo 52. Je n’en dirai pas plus sur mon avis personnel car j’ai bien envie de voir ce que vous pensez de la retouche photo pour vos photos à vous !

Pour ou contre la retouche photo ?

Je pense que le débat est vraiment intéressant et je dirais qu’il faut d’abord savoir ce qu’on définit par retouche photo ! Pour vous, c’est quoi la retouche photo ? Jusqu’où peut-on aller en retouche photo ? Est-ce tricher que de retoucher une photo ?

Vous pouvez répondre à ce mini-sondage ci-dessous pour avoir une idée de ce que les photographes de Vivre la Photographie pensent mais c’est sûr qu’il est recommandé de donner votre avis dans les commentaires car c’est un débat qui ne se résume vraiment pas à Oui ou Non.

[poll id= »2″]

Alors lâchez-vous dans les commentaires et dites-nous ce que vous pensez de la retouche photo et jusqu’où on peut l’utiliser pour ses propres photos !

A propos de Cathy

Sur Vivre la Photographie, j'aide les photographes amateurs à apprendre la photo en améliorant leur technique photo et leur retouche photo avec Lightroom et Photoshop. Je suis photographe nouveau-né en Suisse romande.

74 commentaires

  1. bon alors forcément je suis prof d’informatique sur photoshop je ne peux que dire oui mais a petite dose, la retouche n’est valable que si elle reste indiscernable et modérée. ^o^

  2. oui oui oui !! on s’amuse tellement avec ! rappelle-toi le thème « chaussures avec retouche »
    http://www.bentoblog.fr/projet-photo-1252-chaussures-recapitulatif/

    je m’étais bien amusée : http://lateteaunord.blogspot.com/2011/03/douxieme-semaine.html

    Cependant, je suis fière de moi quand j’arrive à de belles couleurs, telles que je les espéraient sans retouche 😀
    mais quand même POUR !!

  3. Pour !! Je travaille sur Photoshop quasi tous les jours, donc difficile de passer outre même en photo !
    Pour moi, c’est une étape parfois indispensable pour sublimer une photo, ou pour faire passer un message particulier. Une photo en noir et blanc ou en sépia n’aura pas le même impact qu’une photo en couleur par exemple. Elle est indispensable pour moi dès lors que ce sont des techniques qu’on ne peut pas travailler avec l’appareil. Si c’est pour créer artificiellement un flou, là je trouve ça dommage !
    Ça n’est pas tricher que de retoucher selon moi, car cela ne change rien à la composition et ne fera pas d’une photo ratée une photo réussie.

    • Je rajouterai une chose : attention à maitriser la retouche !
      Car mal utilisée, cela peut au contraire nuire à la photo. Trop de saturation, trop de contraste, … Certains en abusent et la photo en est parfois gâchée !

  4. Salut,

    Alors perso, je suis pour mais à petites doses aussi. Je retouche surtout quand mes photos sont faites en intérieur, je corrige la balance des blancs surtout. Je recadre parfois aussi (mais est ce qu’on appelle ça retouche… oui?). Et sinon je retouche aussi parfois les photos qui manquent de contrastes ou qui ont des couleurs trop ternes. Il m’est arrivé une ou deux fois de bidouiller la photo pour, par exemple, cacher un monsieur avec une veste orange horrible au milieu de ma photo.
    Mais je ne retouche pas toutes mes photos, sinon ça devient l’enfer et parfois je trouve qu’elles sont très belles comme ça!

    A+
    Karine

  5. Je n’aime pas le terme « retouche », je lui préfère le terme de développement numérique qui correspond, à mon avis, à ce que la majorité des photographes numériques font :
    – travail sur la chromie
    – Contraste / Luminosité / Netteté

    En plus l’analogie avec le développement argentique est très fort (et pertinent, là encore à mon sens).

    La retouche « arrive » quand on ajoute ou enlève une partie sur la photo… et cela peut être indispensable… comme cela peut dénaturer complètement la prise de vue initiale…

    Donc en conclusion : ni pour, ni contre, bien au contraire :-)

  6. pour etre honnete je préfère le post traitement sur HDR pro ^o^ mais toshop c’est vraiment pour retoucher un objet génant ou autre

  7. :-), Donc en relisant tous vous arguments, je crois bien qu’il est question de bon termes à utiliser, mais aussi de personnes.
    Moi je posé la question en tant que débutante en photo. Comme je l’expliqué hier la retouche c’est très bien. Mais avant de savoir retoucher sa photo raté, il vaut mieux savoir pourquoi elle était ratée. Donc apprendre en commençant par le début, plutôt que par la fin

    Il est sur que tout professionnel qu’il soit avec un très bon logiciel, arrive à réaliser des choses encore plus sublimes, mais il n’en restera pas moins que sa photo le sera avant retouche!!!!

    Ou comme le dit l’expression, « ne pas mettre la charrue avant les bœufs »

  8. bon, alors je ne prend que des photos en RAW, donc développement obligatoire (luminosité, contraste, courbes, BdB, etc …). ça, c’est du développement, pas de la retouche

    Quelquefois, un coup de tampon sur les tâches du capteur, ou bien pour enlever une poubelle mal placée et trop visible … : là, c’est de la retouche, mais il ne faut pas en abuser …

    • Comme toi Cécile ! Je prends mes photos en RAW et les développe sous lightroom. J’en jette une bonne partie car il faut que la photo soit bien exposée dès le départ à mon avis, sinon y’a pas grand chose à en faire.
      Par contre, à fond pour la retouche « lourde » si elle sert le propos de la photographie qu’on essaye de faire.
      Mais une photo « naturelle » avec ses petites imperfections a quand même beaucoup de charme aussi.

  9. Je suis pour, j’adore retoucher les photos oui il y a des limites mais je trouve que par moment c’est agréable de pouvoir se laisser aller.

  10. Un gros « pour » pour moi même si je sais que j’exagère souvent mais j’aime le TROP 😉
    Douce journée!
    biz

  11. Plutôt pour dans une certaine limite. Je rejoins le commentaire de Seb F concernant le « développement numérique », disons qu’on a là une opportunité supplémentaire en numérique par rapport à l’argentique, et qu’il serait dommage de s’en priver… je me penche d’ailleurs sur le Raw et j’attend d’avoir mon nouvel ordi pour m’y mettre.

    • 😳 merci de rejoindre mon commentaire 😉
      Supplémentaire non, puisque le développement argentique existe bel et bien ^^ ; par contre il est clair que le développement numérique est plus souple (voire même non-destructif si on shoote en raw ou qu’on ne travaille jamais sur le calque original dans photoshop).
      L’avantage du RAW c’est effectivement qu’on maitrise tous les paramètres que l’on souhaite, l’inconvénient étant le temps (et l’espace sur le disque) que cela peut prendre !!!

      • en fait je vois ça comme une opportunité supplémentaire de revoir des paramètres (comme la balance des blancs), que tu n’as pas lorsque tu fais du développement argentique en magasin.

        • En même temps le développement en magasin c’est comme utiliser un jpg directement sorti du boitier : c’est pas toi qui choisis les réglages 😉

  12. En argentique on fait de la retouche lors du tirage : on change la luminosité, on fait des masquages avec nos mains, etc. Et après on utilise de l’encre pour masquer les petites taches… Donc je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas faire de même en numérique : l’outil porte un nom différent mais il s’agit de faire la même chose ! Alors oui je suis pour la retouche ! Et comme beaucoup le font remarquer,
    je suis aussi assez d’accord qu’il faut aussi au préalable se demander pourquoi la photo est ratée… Et qu’une photo ratée aura bien du mal à être « dé-ratée » 😉

  13. Je suis complètement débutante, mais j’avoue que je ne me vois pas publier une photo sans la retoucher. Pour moi le travail sur la photo ne s’arrête pas au clic de l’appareil. Je retouche rarement beaucoup et je ne retouche jamais les photos ratées mais toujours celles que je trouve réussies sans retouche, je ne vois pas l’intérêt de retoucher du raté. Et quand je mets la photo de départ à côté de celle retouchée, je trouve que cela vaut vraiment le coût !
    Alors je dis oui à la retouche, personnellement je retouche juste tout ce qui est couleurs/luminosité/cadrage/contraste donc finalement assez peu, mais si certains ont envie de retoucher beaucoup, pourquoi pas ? Après tout chacun est libre de vivre la photographie comme ça lui chante !

  14. Je suis pour, mais je distingue « retouche photo » qui pour moi inclue tout ce qui est luminosité, contraste, etc, et montage photo (modification et création à partir d’éléments photographiques).
    Je trouve ça drôle que le débat sur le pour ou contre la retouche photo existe depuis l’ère du numérique. Quand on faisait de la retouche photo en argentique sur les bains ou l’agrandisseur, bizarrement ça ne faisait pas tant débat et pourtant on traitait de la même chose, contraste, luminosité etc…

  15. C’est comme l’alcool : avec modération 😉

  16. Je suis pour à petite dose, pour corriger quelques défauts et recadrer par exemple. Je me sers aussi de la retouche pour passer certaines de mes photos en noir et blanc.
    En revanche, quand la retouche « dénature » la photo de départ et en fait quelque chose de très différent de la prise de vue, je trouve ça un peu extrême. Pour moi la retouche reste avant tout un outil, et non pas la base du travail sur la photo.

  17. J’ai failli voté contre, mais je me suis ravisé à temps : pour mais avec modération.

    Personnellement je n’ai pas d’écran calibré et peu de temps à consacré à la retouche donc je n’en ai fait quasiment jamais.
    Les rares fois où j’en fait c’est surtout du recadrage.

    Pour le projet Photo 52 je me contente de la photo brute de capteur, comme il a déjà été dit : d’abord maitriser les bases de la photo avant de partir dans la retouche. Une retouche ne rattrapera jamais une photo ratée.

  18. Ah oui, tout à fait d’accord avec le terme développement numérique (Seb F). Je suis vraiment dans la même lignée que tout le monde précédemment. J’ajouterai qu’on peut aussi y aller à fond dans la retouche, mais alors ce ne sera peut-être plus de la photo mais des arts plastiques (numériques?). Et notons aussi l’iphone qui est souvent utilisé comme le polaroid de ce siècle, voire comme l’appareil jetable à mise au point fixe, dans ce cas, ce qui est beau, c’est justement l’aspect brut, sans retouche (bien que ce qu’on qu’on voit sur le net est gorgé d’effets rétro, vintage, qui ne sont pas pour me déplaire).
    Je n’ai pas voté, j’aurais voulu tout cocher et cocher en plus une case qu’il n’y a pas: °) oui, retouche, mais alors sans modération
    Maintenant est-ce que je vais passer pour une folle?…

    • Tout à fait d’accord (et c’est pas paceke t’es d’ac’ avec moi hein 😉 )
      Ben au final je dirais que l’important c’est d’assumer ses choix, et ca me semble bien être le cas pour toi là ^^
      Moi j’adore les fous / folles quand c’est réfléchi et assumé !!!

  19. Je dirais aussi que « trop de retouche tue la retouche » …comme beaucoup d’entre vous. Mais ça laisse aussi une possiblilité supplémentaire de s’exprimer ou plutôt de souligner davantage l’intention photographique de départ peut être…

  20. Je vais peut être dire une bêtise mais il me semble que l’on parle de développement pour faire un négatif (en argentique : de la pellicule au négatif) et ensuite de tirage pour passer du négatif à la photo. Alors certes c’est juste un problème sémantique et il n’y a pas de pellicule à proprement parler pour le numérique… Alors est-ce qu’on dit juste tirage pour une photo que l’on mettrait sur du papier alors que la majorité des photos ne sont pas imprimées ?

  21. Quand j’utilise mon réflex je prends les photos en raw, donc forcément il y a du développement et un peu de retouche. Mais je ne suis pas encore passée à Photoshop, je travaille avec Lightroom alors la retouche est possible mais pas aussi puissante qu’avec CS5.

  22. À petite dose, personnellement, je touche essentiellement à la courbe des tons (quelques %) surtout pour renforcer l’image (que je trouve trop pâlotte sinon). Pour la macro, pour compenser le fait que je n’ai pas de véritable objectif (juste une bonnette), j’augments la netteté et la définition des photos.

  23. Etant née à l’ère du numérique, je suis baignée dans le monde informatique et sa « magie » depuis toute petite.

    Mais il y a « retouche » et « retouche ». Il y a ces petites retouches discrètes pour gommer quelques défauts, ou pour réhausser une couleur… Mais comme je ne suis généralement pas très patiente, je suis incapable de passer plus d’une heure sur Photoshop pour essayer de faire des retouches. Alors j’essaie au maximum de réussir ma photo du premier coup, quitte à doubler ou tripler l’image pour être sûr d’obtenir l’image parfaite.

    En règle général, la retouche pour moi se limite à du recadrage, à toucher les courbes de tonalités et à jouer sur le contraste et la luminosité. (bon, j’avoue, ma première photo était un montage sur photoshop, mais ce n’est pas une habitude !! Les restes de la photo argentique que je pratiquais plus petite !)

  24. C’est marrant parce que c’est justement le débat qu’on s’est fait à la maison avec Valentine A. cet après-midi, au sujet de la photo qu’elle propose pour Résolution ; elle ne s’y attendait pas, mais l’objet qu’elle a choisi était difficile à photographier car peu contrasté et la lumière est assez triste dans notre maison lilloise en cette saison… Elle a beaucoup et surtout travaillé son cadrage, les lignes directrices; les tons de la copie restaient peu intéressants ; je lui ai conseillé « égalisation » sur PhotoImpression (on a rien d’autre), et c’est tout ; l’effet est très peu naturel, mais c’est voulu ici ; bref je suis pour 2 types de retouche, très différents : une retouche légère correspondant à cette notion de développement numérique ; une retouche « artistique », artificielle, assumée et visible (sépia, etc…) En revanche je suis contre les retouches qui « mentent », celles pratiquées en photo de mode par exemple…

  25. (d’ailleurs Valentine aimerait que je lui achète un logiciel de traitement photo mais c’est hors de prix!!!! Vous nous conseillerez quoi ? A part photoshop qui n’est pas dans mes moyens…)

    • Tu as The Gimp qui est gratuit et qui peut te permettre de tester différents réglages. Après, regarde si avec ton appareil photo tu n’as pas un petit logiciel pour développer les photos (si tu as un réflex surtout).

      • Merci Cathy ; je crois qu’elle a déjà téléchargé The Gimp, je regarderai avec elle ; le problème c’est qu’elle se passionne pour des revues, des bouquins photo… où ils ne jurent que par Photoshop ; et donc elle est un peu frustrée, elle a l’impression qu’elle n’arrivera à rien sans photoshop, un canon eos, etc. Je lui dis que ce n’est pas le matériel qui fait nécessairement le bon photographe, qu’elle peut déjà travailler les bases mais… C’est ça la jeune génération : l’impression que hors la technologie, point de salut!

        • Je ne sais pas quel est ton budget photo mais Photoshop Elements est beaucoup moins cher que la version complète de Photoshop et, à mon avis, largement suffisant pour la plupart des besoins.

          • Merci Myrtille ; ceci dit il est quand même à 100 euros ; comme c’est pour la demoiselle de 15 ans… il faudra qu’elle le mérite (en allant au bout du P52 par exemple!!!) ; c’est vrai qu’elle aimerait beaucoup travailler à partir du raw mais elle veut brûler trop d’étape (fougue de la jeunesse!), je pense qu’il faut qu’elle bosse d’abord la prise de vue « basique »… elle pourra le faire grâce aux super tutos de Cathy 😉

          • Oui, c’est quand même autour de 100€ !
            Photoshop Elements ne te permet pas de travailler sur les raw mais pour la retouche sur les jpg elle peut commencer à s’amuser avec photofiltre, je crois que c’est pas mal, qui est gratuit comme Gimp. Un aperçu de ce que tu peux faire sur
            http://www.tutoriels-animes.com/tutoriels-traitement-image-photo-photofiltre.html

          • Merci Myrtille ; j’ai déjà photofiltre que j’aime bien ; je crois que la demoiselle s’en contentera pour l’instant 😉

  26. Je vote le « pour à petites doses ». Quand je retouche une photo, je considère qu’elle devient une autre. Souvent, je le fais pour m’amuser, parfois j’abuse… toujours est-il que ça demande pas mal de temps. C’est assez créatif aussi.
    Bon week end.

  27. Il y a 2 ou 3 ans j’aurais dit Contre…. mais il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis
    Et puis j’ai appris que sur le numérique… il y a du bruit (plus que sur l’argentique), alors j’ai voulu savoir comment faire pour avoir une meilleure netteté de la photo. C’est comme cela que j’en suis petit à petit arrivée à retoucher mes photos.
    Et puis je n’arrive pas encore à maîtriser la couleur : je prends une photo et lorsque je la regarde à l’écran parfois elle est plus terne ou plus jaune/rouge que ce que la réalité, alors je règle un peu les couleurs, pour retrouver ce que j’ai vu dans la réalité.
    Pour moi la retouche consiste à régler les items suivant dans l’ordre : netteté / luminosité / contraste et les couleurs.
    je dis bien dans l’ordre, car en général je ne touche que la netteté pour garder la photo le plus naturelle (pour moi)

    Par contre, je déteste les photos montages, les insertions d’images dans l’image qui donne un effet psychédélique, ça me gène à l’œil. Alors c’est pas pour en faire moi même (mais je ne dirais pas que je n’essayerais pas un jour au moins pour comprendre la technique).
    Je n’ai qu’une fois « démonté » une photo pour déplacer un objet et le recentrer par rapport à l’objet principal…. mais c’est tellement galère pour moi, que ce n’est pas une pratique.

    Donc oui, je suis pour mais avec modération et sur des éléments de définition de l’image, pour garder l’image comme je l’ai vu.

  28. Moi je fais surtout du recadrage et un peu de retouche mais pas beaucoup parce que 1. je ne maitrise pas bien les outils et 2. je me méfie des différences de rendu selon l’écran sur lequel on est.
    Niveau retouche, c’est essentiellement courbes de niveau et luminosité, parfois supprimer un peu de bruit ou quelques petits détails faciles à corriger (très rarement). Je ne joue pas sur les rendus sepia ou autre, pourtant j’aime bien le résultat quand j’en vois comme dans le dernier récapitulatif. Bizarrement je trouve qu’ils font naturels 😉
    http://lestrucsdemyrtille.blogspot.com/2012/01/recadrer-ses-photos-nest-pas-tricher.html

  29. Moi les résultats sont pas terribles mais je sais de toute façon que je dois changer la carte graphique… mais je n’avais pas pensé à l’influence de l’écran sur le rendu photo!! (suis-je bête!) On fera plus attention!

  30. Oups, je n’avais jamais pensé au rendu selon l’écran… ça m’inquiète presque !
    Décidément, on en apprend tous les jours. Merci à tous et toutes.

  31. Eva, Roseau : vous atteignez quel pourcentage alors ?

  32. Tu as des pub pour de la retouche hardcor sur ton blog. Mais on sait que toi tu trouves ce genre de retouche pas cool. Mais pour ce qui est de la retouche de couleur, c’est évidemment une necessité quand on est photographe, puisqu’apparemment le format RAW qu’utilisent les pros, n’est pas exploitable sans réglage… Bref… Je me demande comment faisaient ceux qui faisaient tout ça à l’argentique…

    • En argentique il y a aussi des techniques de maquillage et gommage de défauts, ou pour faire ressortir certaines zones, c’est juste que les outils sont différents et qu’on joue sur la chimie du développement, la quantité de lumière qui se dépose, les ombres, etc tout ça a une influence sur le tirage final. Il y avait eu un reportage très intéressant sur France 5 dans l’émission Entrée libre, sur des développeurs (ou tireurs) de photos d’art en France, je ne sais plus sur quel support par contre (ça va bientôt cesser). Ils montraient certaines de leurs techniques et quand j’ai vu ça j’ai immédiatement pensé « mais c’est exactement ce qu’on pourrait faire avec une tablette et un logiciel graphique!  » c’est te dire…

  33. C’est drôle, il y a un an, en débutant le projet 52 j’aurais dit « non, jamais » avec véhémence…
    Et depuis j’en ai appris bien plus et c’est vrai que j’y ai recours.
    Je plussoie l’avis de bon nombre d’entre vous. La plupart du temps c’est pour des choses très simples et discrètes, recadrage ou luminosité et quelquefois c’est du lourd et là c’est vraiment pour que cela se voit.

    Par contre vous parlez de RAW et de développement nécessaire. C’est quoi exactement, le RAW et y a t’il vraiment besoin de traiter l’image après ? Ca doit demander un temps fou ?

    • Pour le RAW, on en reparlera plus tard, ce n’est pas encore le plus important. Mais je suis contente de voir que ta vision des choses a évolué :).

      • Vu tout ce que j’ai déjà appris je n’en attendais pas moins de ta part d’en apprendre aussi plus sur le RAW !
        Je saurais être patiente !!
        En attendant je vais tester ! lol

  34. Ce n’est pas totalement clair pour moi mais en gros quand tu photographies en RAW ton appareil enregistre les données brutes de ta photo sans leur appliquer de traitement et tu ne peux pas utiliser directement ce fichier, il faut d’abord le traiter pour le transformer en image. C’est peut-être plus clair là : http://apprendre-la-photo.fr/le-raw-quest-ce-que-cest/

  35. Moi je faisais partie de ceux qui ne voulait pas entendre parler de retouche l’année dernière et qui maintenant ne jure plus que par Lightroom…

    Oui à l’amélioration des qualités intrinsèques de l’image mais je reste toujours opposée à sa manipulation (gommage, montage, etc…)

  36. A ce que je voit bon nombre d’entre vous utilisent Lightroom mais c’est imcompatible avec Linux…
    Un ami (merci Sacha !!!) m’a installé un équivalent, Darktable, mais je ne sais pas m’en servir… Quelqu’un ici l’utilise peut être ??

  37. Alors personnellement « retouche » et « traitement » pour moi il y a une nuance! La « retouche » pour moi c’est inclure un élément qui n’est pas dans la photo, ou effacer un élément (tache par exemple), elle a une tendance à clairement dénaturer parfois le sujet et détourner des fois complètement la photo d’origine pour en créer une autre œuvre complètement à part qui n’a plus rien à voir avec l’originale. Dans « retouche » il y a une forte connotation péjorative car cela implique nécessairement l’idée que la photo de base n’est pas suffisamment bonne et qu’il faut donc la « maquiller » parfois à outrance. Avec la retouche on met un pied dans le graphisme numérique et d’autres disciplines virtuelles (dessin) plus que dans la photo parce qu’on gomme, qu’on efface, qu’on ré agence, parfois dans le déni de l’œuvre d’origine.
    Le traitement c’est autre chose; une photo numérique n’est pas forcément différente d’une photo argentique quand on parle de fichier brut ou RAW (chez Canon). Le traitement qui consiste au « développement » de la photo (comme le développement d’une pellicule) dans un format lisible (JPG) est obligatoire et avec lui l’équilibre des niveaux notamment en contraste, en balance des blancs ou en netteté; certains utilisateurs ne veulent pas comprendre ça et se privent de l’opportunité d’avoir des photos proches de la réalité par paresse, ignorance ou manque d’ouverture d’esprit (mais je peux comprendre, voir plus bas). Beaucoup décrient ces procédés en arguant qu’en argentique on est beaucoup plus authentique: c’est faux!!! En argentique il y a aussi une belle part de « traitement » lors du développement de la photo et parfois même des retouches avec des effets spéciaux, surtout en photographie d’art.
    Suivant ensuite la démarche, ultra-réaliste ou poétique etc on va avoir recours à une 2ème phase de traitement plus subtile avec des logiciels graphiques. On peut faire un traitement léger qui vise à rattraper un peu certains écueils, suggérer plus efficacement le ressenti du photographe par petites touches, ou effectuer un traitement plus poussé, à la frontière de la retouche et c’est cette frontière qui est difficile à établir. Certains traitements vont tellement loin que d’une photo de départ on peut arriver à un résultat donnant l’impression d’une peinture ou d’un dessin numérique. C’est une manière d’aborder la photo et je n’ai pas de problème avec ça (même si je ne suis pas fan) du moment que le graphiste accepte l’idée qu’on ne soit plus dans la photo mais dans l’illustration et que son auteur puisse expliquer sa démarche sans langue de bois, en restant honnête.
    Enfin, certaines personnes faisant de la photo amateur partent sur le postulat qu’une photo ça ne doit jamais se « traiter » parce que ça veut dire qu’on triche, qu’on fait « de la retouche ». Du coup, c’est certes courageux et réaliste de vouloir garder ses photos telles quelles, mais en les regardant on sait pertinemment que ce n’est pas ce qu’on a vu en tant que tel: les couleurs sont trop ternes, telle zone est un peu trop sombre, etc. Certes, l’idéal absolu en photo est de retranscrire ce qui a été vu avec les bons réglages et en traitant le moins possible la photo de départ; le cliché réussi du premier coup c’est après tout le rêve de tous! Dans la pratique c’est pourtant autre chose, à cause des appareils, des types de fichiers mais aussi, et on l’oublie souvent, à cause du calibrage de nos écrans (un autre vaste sujet). Alors pourquoi se priver d’une chouette photo de départ, pour laquelle il manque juste un peu de contraste ou de lumière, qu’on peut recadrer un brin, ou passer en noir et blanc car elle s’y prête bien; n’est-ce pas simplement rendre justice au moment qu’on a voulu capturer? (et puis je vais vous dire, une photo vraiment moche, ratée, à moins de la retoucher à fond, vous ne parviendrez jamais à en faire une jolie photo…)
    (Désolée pour la longueur! ;))

  38. Tout à fait pour la retouche ! Ayant commencé la photo par l’argentique (ha ! ça vous date une femme, ça !!) j’avais un peu touché aux technique dont parle Nouillette. En découvrant le numérique, je me suis éclaté à recadrer toutes mes photos ou presque, puis j’ai beaucoup joué avec les couleurs, les distordant jusqu’à me faire fâcher par le photographe qui tire mes photos sur papier (lui, il n’aimait pas mes couleurs criardes … j’vois pas pourquoi ;o)
    Bref, il me semble que la retouche est indissociable de la photo et surtout n’est qu’un outil à la disposition du photographe : lui seul juge s’il l’utilise et comment !
    Par contre, au fil du PP52, si je peux glaner des apprentissages pour maitriser un peu mieux ces logiciels j’en serai ravie car pour le moment je me comporte en grosse gamine qui appuie sur tous les boutons (et puis qui clique sur « réinitialiser » !!).
    Merci à tous et toutes pour les précieux conseils que vous laissez .

  39. J’ai lu vos commentaires avec beaucoup d’attention.

    Pour ma part, je pense que tout dépend le but de la photo : je vais beaucoup retoucher une photo destinée à servir de carte de voeux (ajout de cadres, de texte, de petits dessins, recadrage… et même changement de visage (une seule fois… impossible de prendre mes 6 filles souriant en même temps ce jour-là)…) mais pas du tout une photo pour ici : le but en faisant des cartes de voeux est de faire sourire les destinataires et d’apporter un message (donc pourquoi ne pas l’inscrire sur la photo ?) alors que le but des photos pour le projet 52 est de m’améliorer en photographie (donc pas de « triche »…)
    Il y a aussi des photos-souvenirs qu’on retouche parce qu’on ne pourra jamais les reprendre… Les deux ans de l’aînée où elle a partout les yeux rouges… ben j’ai beau savoir maintenant comment m’y prendre différemment, elle n’aura plus jamais 2 ans, donc si je veux des photos regardable de ce jour-là, la retouche est un peu obligatoire…
    J’ajouterai encore que tout dépend de l’usage de la photo : je ne vais pas m’occuper de la même manière de la photo que je vais faire tirer en poster pour mettre dans mon salon que de la photo que j’imprime moi-même pour qu’une de mes filles ait une photo format identité de son parrain à mettre dans sa poche (et qui passera vraisemblablement au lave-linge dès la semaine prochaine.)

    Bref, le débat est vaste, je résumerai donc ainsi ma pensée : plutôt pour mais en sachant pourquoi on le fait… (désolée, je suis une pipelette)

  40. je suis totalement contre la retouche, pour moi la photo c ‘est capter l’instant T , avec toutes les difficultés a absorber la luminosité et toutes les autres contraintes techniques.Pourquoi modifier ce que nous voyons?
    la beauté de tout ce qui nous entoure dans ce monde!!

    • Je ne suis pas d’accord avec ce que tu dis mais en fait tu te réponds à toi-même. Tu dis qu’il ne faut pas modifier la beauté que nous voyons et là je suis d’accord avec toi. Or, on parle de photographie, et l’appareil photo ne voit pas du tout la même chose que nous, ne serait-ce que pour la plage dynamique de la lumière. Quand tu regardes un paysage, le ciel est bleu pour toi, mais il sera totalement blanc pour l’appareil photo à cause de la surexposition.
      Donc non, nous ne voyons pas la même chose qu’un appareil photo et c’est pour cela qu’il est parfois nécessaire de rattraper ce que fait « mal » l’appareil photo grâce à la retouche ;).

      • Si vous maitrissez les principes de base de la technique de la photo, vous n’avez pas besoin de retoucher. La photographie n’est pas un art. Si vous voulez montrer que la réalité est plus belle avec d’autres couleurs, ou avec plus ou moins de lumière, alors faites de la peinture, ou du dessein.
        La photographie c’est être là au moment précis.

  41. Evidemment Pour ! La retouche existe depuis que la photo existe. Si elle est modérée et réaliste, elle est bénéfique pour les photos. Connaissez-vous des grands photographes qui ne retouchent pas du tout ? Et puis l’appareil photo délivre une image à la prise de vue qui n’est déjà pas le reflet exact de la réalité.

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Retour en haut