Vous êtes ici : Accueil » Inspiration photo » Ce que The Grand Budapest Hotel m’a appris sur la photographie

Ce que The Grand Budapest Hotel m’a appris sur la photographie

Je vais tout de suite être sincère avec vous, je ne suis pas fan de cinéma. Ou du moins, je suis très difficile sur les films qui me plaisent. Au final, j’ai l’impression que j’ai la même approche pour les films que pour les livres. Si je n’accroche pas tout de suite, je n’ai aucune envie d’aller jusqu’au bout. Je suis toujours très déçue quand un film semble super avec sa bande-annonce bien huilée et qu’au final, le film entier n’est pas intéressant. Pour beaucoup de films, une fois qu’on a vu la bande-annonce, on a vu tout le film…

Le cinéma est une grande inspiration pour les photographes et je respecte tout à fait cela. Peut-être que les bons films sont tellement noyés dans les films à gros budget que les vrais films, créés avec amour, soin et attention, ne sont plus vraiment visibles. De mon côté, de plus en plus, ce n’est pas tant l’histoire qui compte, mais vraiment un tout créatif, une ambiance dans laquelle le réalisateur aimerait nous plonger. Au final, je me rends compte que je suis assez exigeante 😉 !

The grand budapest hotel

J’ai tout de même des films qui m’ont vraiment plu, véritablement marquée. Depuis un certain moment, ou un moment certain (au choix ;)), j’étais totalement désintéressée des nouvelles sorties. Mais dernièrement, j’ai découvert la bande-annonce de The Grand Budapest Hotel, qui m’a totalement intriguée. Là aussi, ce n’est pas forcément l’histoire qui m’a attrapée, mais ce côté visuel tellement à part. Toujours avec cette peur d’être déçue au visionnage du film, me voici tout de même dans la salle de projection avec, disons, 7 autres personnes dans la salle. Moi qui déteste les salles bondées, tout allait bien ;).

Vous imaginez bien que si je vous parle de ce film ici, c’est qu’il m’a plu ! Conquise, je devrais même dire. Mais je pense que son côté graphique et son soin visuel n’y est pas pour rien, loin de là. Et c’est une inspiration pour ma photographie. Quand je vous dis qu’il faut garder l’oeil ouvert et tout observer pour s’améliorer en photographie et trouver de l’inspiration, j’essaie aussi de suivre ces mêmes conseils ;).

Pour ceux qui n’auraient pas vu ce film ni sa bande-annonce, la voici ci-dessous. Comme ça, vous comprendrez mieux ce dont je vous parlerai ensuite :) :

The Grand Budapest Hotel, un film très visuel et graphique !

Ca, je vous l’ai déjà dit mais rien qu’à voir la bande-annonce, vous vous êtes rendus compte de cette ambiance très graphique de The Grand Budapest Hotel. Le réalisateur, Wes Anderson, a mis le paquet sur l’ambiance cohérente de l’hôtel luxueux très coloré, mais aussi du manoir très sombre. J’ai aussi beaucoup aimé le passage dans les hauteurs montagnardes qui donnent lieu à de magnifiques paysages mystérieux et mystiques. En fait, le film oscille entre cinéma et passages graphiques animés.

the grand budapest hotel

Photographie : la série de 3

Pour avoir des compositions percutantes, il y a différentes règles sur lesquelles on peut se reposer. Vous connaissez la règle des tiers, et bien sachez que le chiffre 3 a encore un autre intérêt en photographie. Quand vous répétez des éléments, n’en mettez pas un, pas deux, mais trois. Visuellement, ce nombre impair va avoir un effet dynamique sur votre oeil. Voici plusieurs plans du film dans lesquels les personnages apparaissent à trois. Là encore, remarquez le graphisme avec soit des couleurs très contrastées (le rouge dans l’hôtel), soit des lignes graphiques très prononcées dans la prison.

the-grand-budapest-hotel-07

the-grand-budapest-hotel-01

the-grand-budapest-hotel-prison

The Grand Budapest Hotel : plongeon dans la scène ?

A l’instar de la photographie, vous avez remarqué dans la bande-annonce que la caméra bouge très peu. Il y a une succession de plans fixes, qui nous rappellent la vision d’une scène par un humain qui se retournerait pour regarder un personnage puis l’autre. Cette impression d’appartenir est appuyée par les personnages qui parlent face à la caméra, comme s’ils s’adressaient au spectateur.

the-grand-budapest-hotel-05

the-grand-budapest-hotel-08

the-grand-budapest-hotel-04

the-grand-budapest-hotel-voiture

the-grand-budapest-hotel-vue-02

Rien qu’à regarder ces photos, n’avez-vous pas l’impression qu’on vous a vu, là, derrière votre écran 😉 ?

Changer de point de vue

Là, je vous parle souvent de ce souci de point de vue quand vous faites une photo. Avant de déclencher, demandez-vous si l’angle de vue que vous utilisez est vraiment le plus percutant ! Je vous rabâche toujours mes histoires de football américain et de photographie à genoux pour rendre les joueurs plus imposants (d’ailleurs, la saison de football américain redémarre bientôt, je dis ça…). Dans The Grand Budapest Hotel, le réalisateur a vraiment mis l’accent sur des points de vue différents pour dynamiser encore plus le film. que ce soit en instaurant un avant-plan semblable à l’arrière-plan, une vue par dessus, il y a de quoi explorer des prises de vue différentes et originales !

the-grand-budapest-hotel-06

the-grand-budapest-hotel-vue

grand-budapest-hotel-10

Chercher la lumière en photographie

La photographie, c’est la lumière, ou plutôt le jeu avec la lumière et le manque de lumière. Dès que l’on doit prendre une photo, réfléchissons à la source de lumière que l’on a à disposition, que l’on pourrait avoir avec une lampe ou un flash. La bonne utilisation de la lumière peut tout changer entre une photo normale et une magnifique photo. Sur ces quelques plans, la lumière a une importance capitale pour rendre l’atmosphère particulière.

the-grand-budapest-hotel-lumiere-02

the-grand-budapest-hotel-lumiere

the-grand-budapest-hotel-lumiere-03

Un cadre dans un cadre

C’est une figure de style que j’adore en photographie, utiliser des éléments pour cadrer la scène. Dans The Grand Budapest Hotel, chaque ouverture est utilisée pour créer ces mises en abîme vraiment uniques. L’espace est laissé vide autour du cadre et toute l’action et la force est concentrée dans le cadre, cette petite ouverture. the-grand-budapest-hotel-02

grand-budapest-hotel-11

the-grand-budapest-hotel-cadre

Et vous, avez-vous vu The Grand Budapest Hotel au cinéma ?

A propos de Cathy

Sur Vivre la Photographie, j'aide les photographes amateurs à apprendre la photo en améliorant leur technique photo et leur retouche photo avec Lightroom et Photoshop. Je suis photographe nouveau-né en Suisse romande.

17 commentaires

  1. Très intéressant, ton article, très travaillé, comme à chaque fois. Merci de ce partage, je retiens les conseils. Ca donne très envie de voir le film. Bravo.

  2. Sans oublier les formats d’images différents suivant l’époque…
    La majeure partie du film qui se situe dans les années 30 est ainsi filmé en 1.37:1, un format typique de cette époque. Les années 60 sont en format large atmosphérique et les scènes plus contemporaines au 1.85:1 😉
    L’art du détail par Wes Anderson !

    • Charlotte, tu vas là beaucoup plus dans les détails que moi et je ne le savais pas ! Merci de ton commentaire, c’est vraiment la recherche du détail qui tue, j’adore :).

  3. j’avais repéré ce film et là vous me donnez encore plus envie de le voir … Ca va se faire !Merci pour vos éclairages cinemato/photographiques !

  4. Merci pour ce passionnant billet. Je n’ai pas vu ce film mais là j’ai envie de le voir !
    Bonne fin de journée

  5. Quel bel article! tous ces détails sont passionnants ! que de choses à maitriser ! ….
    Merci ! je regarderais ce film rien que pour les plans!
    Bonne semaine!
    😉
    ++

  6. Il faut bien avouer que je n’avais même pas entendu parler de ce film !!!
    Mais ton article donne envie de se rendre compte par soi-même ! Pourtant, je vais peu souvent au cinéma !
    Merci pour ce bon reportage !
    Bises

  7. Merci! Je suis contente d’apprendre au sujet de ce film et j’ai très hâte de le voir! Le style, le « rythme » du film a a ramené à mon esprit le souvenir d’une télé série américaine, « Pushing Daisies ». Ça fait bien longtemps que je n’ai pas visionné d’épisodes à la télé, mais j’ai gardé un souvenir vibrant de la façon dont je me trouvais éblouie par les images, et par les dialogues bien sûr. C’était si délicieusement bizarre… :-)

  8. Ouep je l’ai vu.
    Rien que le format: 4:3 est surprenant :) Et rappel enormement celui de la photo. Ca change des formats ultra wide!

    En tout cas j’ai adoré ce film. Avec « The fall » (Que je recomande également, l’image est sublime et l’histoire magique) que j’ai vu en DVD, ce seront certainement les plus beaux films que j’aurais vu cette année.

    Merci pour les petites astuces du nombre 3 :)

  9. Pour continuer avec Wes Anderson et ses compositions, je t’invite à regarder cette vidéo : http://vimeo.com/89302848 … très instructif ! 😉

  10. Analyse super intéressante ! Je n’ai pas vu le film mais impossible de passer à côté de la bande annonce et j’ai, bien sûr, noté l’excellente qualité de la photo.
    Merci pour cet article éclairant :-)

  11. Bonjour Cathy,

    je découvre ton blog grâce à Twitter, et je suis ravie.
    Le thème de ton article m’a tout de suite parlé, car j’ai adoré ce film et surtout je l’ai trouvé si travaillé sur le plan visuel, si graphique … un chef-d’oeuvre !
    J’ai même hésité à retourner aller le voir une seconde fois au cinéma 😉
    Ton analyse est très intéressante et me replonge dans ce style particulier du réalisateur.

    Je suis encore novice en photographie, mais je m’y intéresse de plus en plus, cherchant à m’améliorer sur la technique mais aussi sur mon regard. Je sens que je vais partir à la pioche aux articles sur ton site 😉

    Au plaisir de te lire …

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Retour en haut