Vous êtes ici : Accueil » Actu photo » Le voleur volé version photographie !

Le voleur volé version photographie !

L’actualité, qu’elle soit photographique ou non, peut faire peur, très peur… Dans le monde de la photographie, le nerf de la guerre reste les droits d’auteur et le copyright sur ses photos quand on les poste sur les réseaux sociaux (au hasard). Si vous souhaitez avoir plus d’infos sur le droit de la photographie, je vous conseille fortement de suivre le blog Droit et Photographie tenu par l’avocate Joëlle Verbrugge qui nous décortique des rendus de jugements sur des affaires impliquant des photographes.

J’en profite rapidement pour, si vous souhaitez un jour vendre vos photos, vous conseiller de vous jeter sur ses livres Vendre ses photos (qui vient de passer dans sa 4ème édition très récemment) et Droit à l’image. Cela fait un moment que je voulais parler de ce livre et voici l’occasion rêvée ;). Ma grosse parenthèse est fermée mais cet article se prêtait totalement à cela ;).

Pour en revenir au sujet de l’article, on reste dans les problèmes de droits d’auteur sur les réseaux sociaux quand vous y postez une photo. Plus particulièrement, on parle ici du réseau social Instagram qui vit presque exclusivement du partage de vos photos en format carré. Instagram est devenu ultra populaire avec les smartphones et beaucoup de gens utilisent ce réseau social. N’essayez même pas de m’y trouver, je n’y suis pas et ce, pour plusieurs raisons ;). La première raison est magnifiquement simple, je n’ai pas de smartphone (pour ceux qui ne le sauraient pas encore ;)). Aux débuts d’instagram, on ne pouvait accéder à l’application seulement depuis un mobile et ils ont récemment ajouté une interface web pour que les gens puissent accéder à leur compte depuis un ordinateur. Dans cet article, je veux vous parler d’un artiste ou voleur de photographie qui a utilisé Instagram pour cela. Un peu plus d’explications dans la suite de cet article ;).

Artiste ou voleur sur instagram ?

L’artiste Richard Prince est connu pour son art de l’appropriation. Il utilise le travail d’autres personnes pour le remodeler et créer une nouvelle oeuvre. Sa nouvelle cible est l’utilisation de photos disponibles sur instagram pour créer de nouvelles oeuvres. Récemment, Richard Prince a créé une exposition intitulée Nouveaux Portraits lors de la foire d’art Frize à New York.

photographie instagram Prince

Cette exposition est composée d’impressions d’écrans de photos instagram de célébrités du réseau sans, bien évidemment, leur avoir demandé une quelconque autorisation préalable.

En fait, Prince ne semble pas être dans l’illégalité et n’aurait rien à se repprocher car il a fait des changements mineures à son impression d’écran. En effet, il a remplacé les commentaires de la photo originale d’instagram. On pourrait s’arrêter là et se dire « ok, c’est de l’art », mais non ! Richard Prince vend ces oeuvres à 90 000 $ pièce ! Toutes les oeuvres sauf une ont été vendues pendant cette foire d’art…

On a l’habitude de voir des images postées sur instagram republiées ailleurs, mais on a moins l’habitude de les voir être vendues pour de telles sommes.

L’arroseur arrosé pour le geste !

Cette histoire a eu l’effet d’une bombe sur internet lors de la foire d’art à New York et c’est surtout le monde des photographes qui a été ébranlé. Pour autant, ce n’est pas de là qu’est venue l’utilisation dérivée de cette actualité moyennement appréciée. C’est un groupe de modèles pin-up très connu aux Etats-Unis, les SuicideGirls, qui ont volé le voleur. Pour le coup, ils ont réutilisé l’une des « oeuvres » de Richard Prince sur laquelle apparaissait l’une de leurs modèles pour la revendre à 90 $ !

photo instagram

 

Une chose est sûre, Richard Prince a encore gagné en faisant parler de lui et de ses oeuvres dans le monde entier. A notre échelle, on peut se dire que les réseaux sociaux n’utiliseront pas nos photos à des fins commerciales à cause du tollé que cela pourraient engendrer dans l’opinion publique mais je pense qu’il faut rester prudent avec l’utilisation que l’on fait de nos photos sur les réseaux sociaux.

Et vous ?

Comment auriez-vous réagi si Prince avait vendu l’une de vos photos à 90 000 $ ?

A propos de Cathy

Sur Vivre la Photographie, j'aide les photographes amateurs à apprendre la photo en améliorant leur technique photo et leur retouche photo avec Lightroom et Photoshop. Je suis photographe nouveau-né en Suisse romande.

6 commentaires

  1. Si cela m’arrivait je crois que je sourirais et me demanderais qui peut être aussi stupide pour payer un tel prix pour une copie d’une de mes photos. .. imaginer la valeur affective de l’original

  2. Mais c’est un peu toujours la question que posaient Duchamp et les surréalistes quand même. Qu’est-ce qui fait que c’est de l’art, est-ce le fait de le mettre dans une galerie, de le vendre à ce prix ? La fontaine de Duchamp n’est rien d’autre que ce genre de détournement, sans parler du poème de Breton qui est un extrait de l’annuaire 😉

  3. Bonsoir,
    merci pour cet article, ainsi que pour les renvois vers mon blog.
    Sur ce sujet précis, je prépare un article en collaboration avec un autre avocat. Je viendrai annoncer celui-ci (qui risque d’être relativement long, s’agissant d’une étude complète) dès qu’il sera prêt…
    N’hésitez pas à surveiller également la page Facebook de « Droit & PHotographie » pour une analyse juridique approfondie de ce sujet que vous abordez de façon très juste.

    Cordialement,

    Joëlle Verbrugge

    • Bonjour Joëlle,
      merci de ton passage sur le blog et je suis très heureuse de voir que cet évènement fera l’objet d’un dossier sur Droit et Photographie :). J’ai hâte d’en savoir plus sur l’aspect juridique car vu les précédents qu’il y a eu avec cet artiste (on dit que le photographe qui avait porté plainte contre lui avant n’avait plus les moyens financiers de continuer les poursuites).

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Retour en haut