Vous êtes ici : Accueil » Actu photo » Aimer la photographie, pourquoi ?

Aimer la photographie, pourquoi ?

Qu’on soit photographe amateur ou professionnel, qu’on apprenne la photographie au stade débutant ou plus confirmé, il y a une chose qui nous unit tous : l’amour de la photographie (ô c’est beau !). Sans rire, une fois qu’on a mis le doigt dans l’engrenage de la photographie, elle nous emporte irrémédiablement et fait partie de notre vie quotidienne, consciemment ou non. Mais pourquoi tant aimer la photographie ? C’est une question qu’on aborde pas si souvent que ça, parce qu’on préfère rester absorber par la pratique de la photographie. Mais arrêtons-nous un peu pour philosopher au coin du feu (vu les températures extérieures, on peut bien se poser un peu et réfléchir sur notre pratique de la photographie, non 😉 ?) sur le pourquoi d’aimer la photographie.

Chacun a ses raisons personnelles de s’être lancé(e) dans cet art visuel et je vais vous dire pourquoi j’aime la photographie. A vous ensuite d’ajouter votre grain de sel indispensable dans les commentaires pour enrichir le débat ;).

Aimer la photographie pour immortaliser des moments importants de notre vie

Cette première raison est au final assez triviale. Tous les moments de notre vie sont importants, mais ça on ne s’en rend pas souvent compte sur l’instant et c’est le fait de photographier, de documenter notre vie et celle de nos proches qui, des années après, nous permet de nous replonger dans des périodes qu’on a pu oublier car oui, on a beau dire qu’on a une bonne mémoire toussa toussa, c’est faux ! La photographie reste à mon avis la seule mémoire valable (et partageable) ;).

Quoi de mieux que la photographie pour figer des instants de nos vies ? J’entends au loin la vidéo, mais je suis naturellement plus attirée par la photographie et son instant figé, une image dont on peut décortiquer tous les détails. C’est une préférence que j’ai aussi pu utilisé dans la photographie de sport. Une vidéo ne vous montrera pas forcément tous les détails, les attitudes et instants importants que vous pouvez immortaliser pendant une action avec votre appareil photo. C’est comme si l’appareil photo voyait dans une autre dimension et nous permet de retranscrire des choses qu’on ne verra pas sur une vidéo !

La photographie est accessible à tous

C’est surtout l’avènement de l’ère du numérique qui a rendu possible l’accession à la photographie. Qu’on ait un budget conséquent ou non, on peut maintenant facilement s’acheter un appareil photo, que ce soit un compact, un bridge, un hybride ou un réflex, et même un simple téléphone portable peut vous faire entrer dans le monde de la photographie et aimer la photographie. Personne ne vous dira que vous n’avez pas le droit de faire de la photographie, qui que vous soyez, vous êtes le seul maître de votre relation à la photographie. Cette passion, devenue de plus en plus accessible aux amateurs, fait parfois (souvent) grincer les dents des professionnels mais je vois plutôt ça comme un avantage qui nous en amène au troisième point :) !

La photographie pousse au partage avec les autres

Je suis d’un naturel extra-timide, réservé… Pour tous vous dire, c’est à peine si mes collègues savent que j’ai un appareil photo… Pour autant, la photographie m’a poussée à dépasser cette timidité en partageant mes photos. Aime rla photographie m’a poussée à m’ouvrir aux autres sans le savoir ni m’en apercevoir. Comme on en parlait dans les commentaires de l’article la photographie n’est pas une compétition, il ne faut pas avoir honte de ses photos ! Moi aussi j’avais honte de mes premières photos, mais la photographie nous pousse à partager nos photos pour montrer les instants passés (retour de voyage par exemple). Aimer la photographie m’a fait ouvrir ce blog pour qu’on puisse s’y réunir, créer cette communauté photo où on peut avoir des retours sur ses photos et s’améliorer. Je partage également mes photos sur mon portfolio LunaCat Studio. Et malgré qu’on soit toujours seul derrière le viseur de l’objectif, on retrouve toujours d’autres personnes passionnées pour discuter de ses photos et c’est ce paradoxe que j’aime en photographie !

Je pourrais vous donner encore plein d’autres raisons d’aimer la photographie, mais j’ai envie de savoir ce que vous aimez dans cet art visuel. Alors je vous laisse la parole dans les commentaires ;).

A propos de Cathy

Sur Vivre la Photographie, j'aide les photographes amateurs à apprendre la photo en améliorant leur technique photo et leur retouche photo avec Lightroom et Photoshop. Je suis photographe nouveau-né en Suisse romande.

15 commentaires

  1. Pour ma part, la photo me permets de m’évader complètement. J’oublie tout le reste, je fais le vide dans ma tête.
    La photo est devenue comme une drogue pour moi. Il me faut au moins une (dose) séance dans la semaine. Quand je pars en balade, j’ai toujours mon appareil avec moi.

    Et puis le partage, c’est important…

  2. Un joli article que voilà. :)

    Je fais partie de ces gens qui ont un peu honte à montrer leurs photos, parce que je ne les trouve sans doute pas assez bonnes comparé à toutes les belles images que l’on peut voir sur le web. Mais bon, après réflexion suite à nos commentaires sur l’article « la photographie n’est pas une compétition », je pense que c’est dû à un manque de confiance en moi plutôt qu’à de la honte, du coup, ça va un peu mieux, je me dis que de toute façon, nous avons tous notre place sur le web, qu’importe notre niveau.

    En ce qui concerne l’amour de la photo… En fait, je ne sais pas très bien d’où cela me vient. Je pense surtout qu’étant quelqu’un de très solitaire et à l’esprit créatif, c’est une forme d’expression qui me convient bien, car quand je shoote, je me sens réellement seule au monde, comme quand j’écris. Et d’ailleurs, je pars souvent seule, même mon mari et ma fille me dérangent dans ces moments-là… ^^
    C’est un moyen pour moi de m’exprimer, mais aussi, de rechercher un peu de reconnaissance, de m’évader, de m’occuper l’esprit (je suis maman au foyer, c’est un peu ma soupape).

    Par contre, je n’aime la photo que pour « l’artistique » si je peux dire ça ainsi, pas pour le « souvenir ». En famille, je sors très peu l’appareil photo, car j’ai l’impression qu’en shootant mes proches alors que nous sommes en plein repas de famille par exemple, je ne suis pas avec eux, comme si je ne profitais pas de l’instant présent alors même que je voudrais le photographier. Je ne sais pas si je suis très claire sur ce point ? Bernard Giraudeau (aujourd’hui décédé) disait qu’avant son cancer, il photographiait tout le temps ses proches, mais quand il a compris que la maladie gagnait du terrain, il a laissé tombé l’appareil photo pour ne plus être le photographe mais le photographié, pour être celui qui participe aux souvenirs et non plus, celui qui les immortalise. Quand j’avais vu cette interview, cela m’avait beaucoup fait réfléchir et c’est vrai que depuis, moi non plus je ne photographie plus que par plaisir, en balade, juste pour faire de la photo. Mais pour les souvenirs, je laisse faire les autres…

  3. Parce que ça change le regard. Depuis que je fais de la photo, je vois tant de choses que je ne voyais pas avant…

    Parce que ça m’a changée moi. Comme toi ultra timide, je me transforme petit à petit… Je n’aimais pas marcher, mais pour faire des photos je fais des kilomètres. Je me suis mise en la photographiant à aimer cette ville où j’ai été parachutée et que je n’appréciais pas vraiment. Etrangement, ça m’a aidé à parler aussi. Je n’ai jamais les mots pour rien, mais pour la photo, oui. Ca ouvre aux autres, mais aussi les gens portent un autre regard sur toi.

    Parce que c’est un plaisir. Un jour on m’a dit : « Tu prends ton pied quand tu déclenches ». C’est peut être un peu cru, mais oui. Quand je déclenche, quand je découvre les photos sur l’ordinateur, quand je les traite, ou pas, quand je les partage, quand j’ai des retours…

    C’est l’essentiel pour l’instant. :)

  4. Merci pour ce bel article…que je rejoins totalement…pour moi prendre des photos…c’est un travail de mémoire, une façon de laisser des souvenirs à mes enfants…pour que plus tard, ils puissent revoir tous ces p’tits moments de la Vie que nous avons passés ensemble…je prends beaucoup de photos (merciiiiii le numérique!!!) alors quand mes enfants m’envoient balader…je leur dis : »vous verrez plus tard, vous serez heureux de revoir ces photos! »…on ne peut pas se souvenir de tout alors quand on regarde des photos, c’est un moment de partage, une grande émotion, on se dit olala tu te souviens ?!!! moi, je n’ai pratiquement pas de photos de mon enfance et ça me manque… Par contre, je suis d’accord avec Marie…je me suis rendu compte un jour, que je n’étais jamais sur les photos…comme si finalement je ne faisais pas partie de ces moments…alors parfois, je laisse les autres photographier…
    Grâce à la photo, j’ai redécouvert ma ville aussi…j’adore m’y balader et la photographier…une ruelle, une porte, le vieux quartier, un pont…partout où je vais j’ai toujours mon appareil photo avec moi…et là je rejoins Pastellle… c’est un vrai plaisir!!! et « Vive la Photographie » :)

  5. Dans un premier temps c’est pour laisser des souvenirs, des beaux tant qu’à faire.
    Puis aussi la découverte, un autre regard, une vision totalement différente de notre vie de tous les jours. Une image au raz du sol, ou en contre plongée est totalement de la vision courante… faire voyager le lecteur de notre image est d’une telle satisfaction !!
    Faire passer une émotion aussi est devenue pour moi essentiel depuis peu.
    Et puis ça permet de s’ouvrir aux autres, c’est essentiel ça aussi tout comme le partage qui rejoint cette idée.
    Voilà en gros, je me fais plaisir et c’est bien là le principal ! 😉

  6. Quel bel article, en effet ça fait du bien de s’éloigner un peu du viseur pour penser au « pourquoi ça nous plait tant ».
    – J’aime garder des souvenirs et en donner aux autres. J’aime beaucoup le portrait et les photos qui racontent des moments de vie. La photo m’oblige à aller vers les autres et me permet de partager des moments privilégiés. J’aime quand une personne « pas du tout photogénique » se trouve belle sur une de mes images.
    – Ça me diverti. Plus jeune c’était le sport et maintenant c’est la photo qui me permet de m’évader et de décrocher du travail.
    – Et enfin j’aime tout le partage autours de la photo, les critiques qui me permettent d’avoir un œil plus aiguisé
    Voilà en gros pourquoi ça me plait tant, merci Cathy pour cet article et tous les autres, ton investissement et ton enthousiasme!

  7. Pour en revenir à cette phrase :
    « Je suis d’un naturel extra-timide, réservée… Pour tous vous dire, c’est à peine si mes collègues savent que j’ai un appareil photo. »
    Un prof nous avait dit, alors que nous devions présenter une série de photographies devant la classe « les photographes sont souvent des handicapés de la paroles ».
    Je suis plutôt d’accord, là où je ne trouve pas de mots, je trouve une image. On a souvent du mal d’ailleurs à parler de nos images, plus elle sont « intimes » plus c’est difficile. La photographie permet de s’exprimer autrement qu’avec la parole et de montrer qui on est, notre sensibilité, notre vision du monde…
    La photographie est pour moi une thérapie. Elle est aussi, ce que je ne soupçonnais pas quand j’ai commencé, devenue indispensable, une drogue, je ne peux plus m’en passer !

  8. Merci pour ce billet Cathie. J’ai longtemps eu honte de mes photos vu que j’ai une soeur photographe pro, et lorsque mes enfants étaient bébés, j’avais à coeur d’envoyer régulièrement des photos à mes parents (c’était encore l’ère de l’argentique, mes fistons ayant maintenant 20 et 18 ans) et ma mère critiquait mes photos alors que je voulais seulement leur montrer leurs petits-fils qui grandissaient loin d’eux. Puis j’ai eu un APN et j’ai repris confiance, j’ai pris soin de mieux cadrer, je pouvais expérimenter sans la contrainte financière qui pesait autrefois avec l’argentique. Puis j’ai eu internet chez moi et j’ai découvert peu à peu le vaste monde de la blogosphère. Mes enfants m’ont encouragée à créer un blog, ils avaient déjà chacun le sien, même la petite dernière. Je me suis lancée, puis j’ai osé publier des photos et surtout j’ai osé mettre mon lien en allant visiter d’autres blogs. J’ai très vite aimé ce principe de partage. Puis j’ai découvert ton blog et ces challenges que j’ai longtemps observé avant d’oser y participer. J’ai le sentiment d’avoir appris plein de choses. Ceci dit, très très peu de mes proches savent que j’ai un blog, surtout pas ma soeur, je continue de faire un blocage ! Pour le reste, tant pis, l’essentiel est que la photo est devenue une véritable passion, que je prends beaucoup de plaisir à participer à certains défis et j’adore voir les photos des autres. Et comme dit Eko, je le ressens aussi comme une sorte de thérapie, cette pratique m’a apporté une réelle sérénité ou un défouloir, une façon d’exprimer des sentiments ou des sensations que je refoulais, et sans rien imposer aux autres.

  9. J’ai commencé à la naissance de ma fille aînée… et là, je viens de perdre mon disque dur dont je n’avais pas de sauvegarde parce que j’ai fait confiance à mon mari qui s’occupait de la maintenance. C’est presque 11 ans de photos qui se sont envolés le 30 novembre dernier.
    C’est assez terrible comme expérience.
    Et cela m’a poussé à m’interroger sur la question que tu poses : pourquoi photographier la vie de tous les jours ?
    D’abord parce qu’aucun jour ne ressemble à un autre. La lumière sur ma fenêtre n’est pas la même par grand soleil que par temps de pluie, ni la même à 9h qu’à 17h. Les enfants grandissent, changent, se ressemblent entre elles, nous ressemblent, puis ne se ressemblent plus. J’aimais farfouiller dans les photos vieilles de quelques années et jouer avec mes enfants : qui est sur cette photo ? En général, elles sont bien toutes d’accord… mais elles ont rarement raison ;-). En regardant mes filles aujourd’hui, j’ai oublié, déjà, comme mon aînée ressemblait à ma 5ème, comme ma 4ème était chevelue à la naissance et comme les autres étaient chauves !
    En regardant certaines photos, je retrouve intactes les émotions qui étaient présentes à la prise de vue, tendresse, émerveillement, vulnérabilité, colère, tristesse. Mes états d’âme semblent figés dans certains clichés.
    Il y a quelques jours, je suis allée voir une exposition de Sabine Weiss, photographe de 89 ans qui exerce toujours. J’ai beaucoup aimé ce qu’elle fait, la sensibilité qui se dégage de ses clichés.
    J’aimerais que mes enfants, puis mes petits-enfants, ressentent un jour cette sensibilité qui est en moi et s’exprime par mes prises de vue. Mais surtout, je photographie pour moi, pour me souvenir, pour mon plaisir. C’est un acte égoïste mais je l’assume !

    • Très beau témoignage Gwendoline, merci infiniment d’avoir pris le temps de laisser un si joli message qui nous explique bien ce que tu aimes dans la photographie !
      Tu es allée voir l’exposition de Sabine Weiss à la médiathèque de Martigny ? Je la découvre et j’aimerais bien y faire un tour, merci d’en avoir parlé :).

  10. Très jolie photos ! Où a été prise la photo de la foret ? J’adore l’ambiance qui s’en degage!

  11. Très bon article et bien illustré, la photo c’est vraiment un formidable moyen d’expression ^^

    https://www.facebook.com/PixYourCampus

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont marqués *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Retour en haut